03.04.2015 (mise à jour)

03.04.2015 (mise à jour) La Roumanie ne se sent pas intimidée par les menaces de la Russie, dont l’attitude agressive a provoqué un renforcement du flanc Est de l'OTAN./ La diplomatie de Bucarest a salué l'accord politique conclu à Lausanne sur le nucléaire iranien...

Défense – Le chef de la diplomatie roumaine, Bogdan Aurescu, a déclaré vendredi que la Roumanie ne se sentait pas intimidée par les menaces de la Russie et que la protection que l’OTAN offre au flanc Est de l’Alliance était une conséquence de l’attitude agressive de la Fédération de Russie, qui a illégalement occupé la Crimée et qui soutient les séparatistes de l’est de l’Ukraine. De l’avis du responsable roumain, il s’agirait uniquement de mesures rassurantes et protectrices. La possibilité que la Roumanie accepte d’accueillir sur son territoire de l’armement lourd de l’OTAN, évoquée à Bucarest par le commandant en chef des Forces alliées en Europe, le général Philip Breedlove, est dangereuse, a déclaré pour la Radio publique roumaine le porte - parole du ministère des Affaires étrangères de Moscou. A son avis, de telles mesures étaient contraires au traité fondateur entre la Russie et les Etats-Unis et Moscou se réservait le droit de prendre en compte de telles décisions dans sa planification militaire. Le premier ministre roumain, Victor Ponta, a réagi aux déclarations du responsable russe et affirmé que les décisions de la Roumanie étaient les meilleures pour le pays et pour ses partenaires. 

 

Exercices – Le destroyer américain « Jason Dunham », doté de missiles guidés de 4e génération, participe à partir de vendredi à l’opération Atlantic Resolve qui se déroule aussi en mer Noire, selon la flotte des Etats-Unis, citée par Agerpres. La présence du bâtiment de guerre américain en mer Noire prouve l’engagement des Etats-Unis d’agir en coopération avec ses alliés pour renforcer la sécurité maritime et la stabilité, a précisé la Flotte américaine. Environ 750 chars de combat de l’armée américaine et plusieurs milliers de militaires ont été déployés en Lituanie, Lettonie et Estonie dans le cadre des exercices Atlantic Resolve, des démarches censées décourager une éventuelle agression russe. L’Alliance organise également des entraînements terrestres en Roumanie. Les exercices visent à consolider la sécurité dans les Etats de l’OTAN sur  la toile de fond du conflit en Ukraine. La Russie, qui avait également déroulé une impressionnante démonstration de force, a exprimé à plusieurs reprises son inquiétude quant au nombre accru d’exercices militaires de l’OTAN en Europe de l’Est. Le ministère russe de la Défense a annoncé l’organisation d’au moins 4.000 exercices militaires en 2015. 

 

Nucléaire iranien – Le ministre roumain des Affaires étrangères s’est félicité de l’accord politique conclu à Lausanne sur le dossier du nucléaire iranien. Selon lui, ce document constitue un pas décisif vers une solution finale censée rétablir la confiance de la communauté internationale dans le programme nucléaire du Téhéran. Le président américain Barack Obama a lui aussi salué la conclusion de cette entente "historique" avec l'Iran. ''Si cette entente aboutit à un accord final d'ici le 30 juin, elle l'empêchera d'obtenir l'arme nucléaire", a-t-il souligné. Le président américain martèle depuis des mois sa conviction que la voie diplomatique est "de loin, la meilleure". Selon les premiers éléments divulgués de ce pré-accord, la capacité d'enrichissement d'uranium de l'Iran devra être réduite. Pour ce faire, l'Iran maintiendrait 6.000 centrifugeuses en activité, contre 10.000 actuellement. Israël a vivement dénoncé jeudi l'accord cadre sur le nucléaire iranien après avoir multiplié les mises en garde, agitant même la menace d'un recours à la force. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu envisage de mener des consultations de sécurité avec les responsables israéliens.

 

Académie – Le président de l’Académie roumaine, Ionel-Valentin Vlad, a présenté vendredi la rétrospective de l’activité de cette institution, créée il y a près d’un siècle et demi. Il a fait savoir que l’ l’Académie était en passe d’élaborer un projet de développement du pays pour les deux décennies à venir. Ont participé à cet événement plusieurs personnalités politiques et culturelles de Roumanie, ainsi que des membres de l’Académie de sciences de République de Moldova. Avec plus de 1.800 chercheurs et près de 70 instituts de recherche et d’excellence, l’Académie est la principale institution de culture et de science de Roumanie.  

 

Expulsions – Sept ressortissants étrangers adeptes des idéologies radicales promues par les organisations terroristes Etat Islamique et Al-Qaida, ont été expulsés de Roumanie. La décision a été prise par la Cour d’Appel de Bucarest, à la demande du Service roumain de renseignements, selon lequel les sept étrangers, dont un étudiant tunisien, représentaient un véritable danger pour la sécurité du pays. 

 

Partenariat – Le partenariat entre les Etats-Unis et la Roumanie est plus fort que jamais et cette coopération se poursuivra pour la paix et la stabilité en Europe. C’est ce qu’a déclaré Paul Matier, attaché militaire américain en Roumanie. Il a participé, vendredi, à Sinaia (station de montagne au centre de la Roumanie), à l’inauguration d’une placette aménagée à la mémoire des quelque 400 soldats américains tombés au champ d’honneur pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Corruption – La Bulgarie a décidé de suivre l’exemple de la Roumanie, par la création d’une structure spécialisée dans l’investigation des affaires de haute corruption. Selon Reuters, la Bulgarie ne veut plus être perçue comme un des pays les plus corrompus d’Europe. Le vice - premier ministre bulgare Meglena Kuneva a précisé que la nouvelle institution fonctionnerait selon le modèle du Parquet anticorruption de Roumanie, dont les enquêtes ont abouti à la condamnation de nombreux politiciens et hommes d’affaires. Le gouvernement de Sofia estime que plus de huit mille fonctionnaires pourraient être concernés par l’activité de cette nouvelle autorité judiciaire. La corruption a érodé la confiance des Bulgares dans les institutions de l’Etat, notent encore les journalistes de Reuters. Ils rappellent que Bruxelles a maintes fois critiqué la lenteur de la réforme du système judiciaire bulgare et l’inefficacité de la lutte contre la corruption.

 

 

 

 


www.rri.ro
Publicat: 2015-04-03 18:46:00
Vizualizari: 255
TiparesteTipareste