Une Heure pour la Planète 2016

une heure pour la planète 2016 Renoncer une heure durant à la consommation d'électricité au bénéfice de l'environnement.

Manifestation annuelle au niveau international depuis 2007 et en Roumanie depuis 2009, «Une Heure pour la Planète » se veut non seulement un signal d'alarme à propos des changements climatiques mais aussi la plus grande mobilisation de bénévoles jamais organisée. Cette année, l'heure de la planète a été marquée le 19 mars, à commencer par 20 :30. Une heure durant, institutions publiques et privées aux côtés la population désireuse de soutenir cette cause ont renoncé à la consommation d'électricité et ont participé à différents événements consacrés à la protection de l'environnement.



Sous le slogan « Donne à la nature un peu de ton énergie », la Roumanie a rejoint les 7000 villes de 160 pays préoccupés des problèmes qui entraînent de graves changements climatiques, dont la pollution et la consommation excessive d'énergie. A Bucarest l'événement a été marqué aussi pars des tours à vélo et à rollers.


 

Tout cela, pour attirer l'attention des décideurs politiques sur l'urgence de ces problèmes environnementaux, affirme Magor Csibi, directeur de World Wide Fund For Nature, Roumanie : « Ce mouvement est censé attirer l'attention sur des phénomènes qui se passent tout autour de nous. Vu qu'en général ; l'économie domine tant la scène politique, que tout le monde où nous vivons, Earth Hour se propose de montrer qu'un environnement sain est nécessaire tant pour l'économie, que pour la politique et pour la société. C'est la raison pour laquelle, il y a 8 ans à Sydney on avait éteint toutes les lumières pendant une heure. Il s'agit non seulement des bâtiments historiques, des sièges des institutions, mais aussi des habitations des gens - tout cela pour signaler le fait qu'il fait réfléchir davantage sur la protection de l'environnement. Globalement, quelque 2 milliards de personnes participent de manière active à cette manifestation, ce qui compte pour plus d'un tiers de la population totale de notre planète ».


Par conséquent, depuis 7 ans déjà, des centaines de milliers de Roumains de plus de quarante villes éteignent la lumière pendant une heure chaque dernier samedi du mois de mars. Magor Csibi explique le message du slogan «Donne à la nature un peu de ton énergie » : «On a éteint les lumières dans de nombreux bâtiments  partout dans le monde : depuis la Grande muraille de Chine, jusqu'à la Tour Eiffel ou à la Statue de la Liberté. En Roumanie il s'agit du Palais du Parlement, du siège du gouvernement, du château de Peles ou encore du château de Bran. Cette année nous avons voulu mettre en avant les cyclistes, les balades  vélo à travers la ville, montrer qu'il est possible d'imaginer nos villes autrement, les repenser de sorte qu'elles soient plus proches des gens. Nous avons donc organisé des marches des cyclistes. A Bucarest de nombreuses personnalités y ont participé. Nous espérons bien que cet événement soit le point de départ pour la construction de villes plus confortables. Rien qu'un exemple : le Palais du Parlement consomme en une heure la même quantité d'énergie qu'une ville à 20.000 habitants. C'est pourquoi on y éteint la lumière non seulement à cette occasion mais chaque soir ». 


Que faire pendant sans électicité ? On peut par exemple réfléchir au recyclage ou aux manières d'économiser l'eau, marcher dans la rue ou prendre le vélo ou bien utiliser les  sources d'énergie renouvelables. C'est pour tout cela qu'il vaut la peine d'allouer au moins une fois par an «Une Heure pour la Planète ». (Trad. Valentina Beleavski)


www.rri.ro
Publicat: 2016-03-22 12:40:00
Vizualizari: 210
TiparesteTipareste