La courrier des auditeurs 26.08.2016

la courrier des auditeurs 26.08.2016 Valentina répond à vos lettres et messages

Bonjour à toutes et à tous ! De retour des vacances, je suis très heureuse de vous retrouver à nouveau sur les ondes de RRI. Comme je vous disais dans un des Courriers précédents, cet été j'ai décidé de suivre un trajet découvert grâce au concours de RRI consacré à la contrée de Bisrița - Năsăud. Une zone que je ne connaissais pas du tout en fait. Nous avons tellement parlé à l'antenne du col de Tihuța, de la région où se trouve l'hôtel le Château de Dracula ou encore du lac de Colibița, surnommé la petite mer à la montagne, que j'ai voulu absolument les voir. Conclusion : c'est une zone plus belle que je ne l'imaginais, des paysages de montagne à couper le souffle, sans exagérer, un air si pur, un lac entouré de montagnes verdoyantes de tous les côtés. Un véritable coin de paradis. Tel est le lac de Colibița. Pour y arriver, on monte, puis on descend à travers la forêt, en voiture, bien sûr. En route, on avait l'impression d'être seuls sur une route de montagne qui ne menait nulle part, comme si on quittait la civilisation pour entrer au cœur de la montagne. Et puis, tout d'un coup, un barrage avec un lac immense d'un côté et une forêt de l'autre. En parcourant la route longeant le lac, on regagne la civilisation : il y a plein de maisons et de pensions touristiques. Pas de style architectural très précis, ce sont des constructions plutôt neuves, datant des deux dernières décennies. Une fois arrivés au lac de Colibița, c'est au touriste de choisir la pension touristique et le resto qu'il préfère. Evidemment, l'idéal c'est de trouver une place au bord du lac pour admirer la vue. Un endroit parfait si vous cherchez un peu de tranquillité, loin du bruit de la ville. Dommage que cela soit si loin de Bucarest... On met environ 7 heures de voiture pour y arriver, vu qu'il n'y a pas d'autoroute vers le centre-nord du pays... Mais si c'est un arrêt au cours d'un voyage plus long, c'est parfait.



Puis, une autre très belle surprise de ce voyage fut la ville de Bistrița, une des cités médiévales roumaines, tout comme Sibiu, Sighișoara, Mediaș ou Brașov. Architecture saxonne, église évangélique avec une tour offrant une vue impressionnante sur la ville, rue piétonne remplie de terrasses et restos, collines boisées tout autour - voilà les ingrédients principaux pour passer au moins une journée merveilleuse à Bistrita. Mais je vous raconterai davantage dans un prochain Courrier des auditeurs, parce que j'ai beaucoup de lettres qui attendent une réponse de ma part et que je voudrais feuilleter avec vous dans les minutes suivantes. 




Je commence par un email de notre ami Michel Minouflet de France qui nous dit : « j'aimerais vous remercier de tout cœur pour les très intéressants programmes que vous avez diffusés tout au long de l'année. Je souhaite également que votre station puisse être entendue sur les ondes courtes avec une réception satisfaisante, afin de permettre à tous les auditeurs non connectés sur Internet de pouvoir rester en contact avec vous et avec votre beau pays.» Merci, cher ami, c'est ce que nous souhaitons aussi. 



Bonjour, cher Osamu Aikawa ! Notre fidèle auditeur japonais nous dit comme d'habitude «Je voudrais vous informer que votre signal était arrivé à ici au Japon et je tiens à vous informer qu'il existe un écouteur régulier de Radio Roumanie Internationale, programme français, ici au Japon. Merci beaucoup pour votre transmission, et j'ai apprécié votre programme du matin beaucoup. Je serais très heureux si vous m'envoyez une carte de vérification. Je garderai le contact avec vous aussi longtemps que possible. Grâce à vos encouragements, je suis un peu mieux qu'avant », affirme Osamu Aikawa. Nous sommes très heureux de l'entendre, cher ami ! Que de bonnes nouvelles dorénavant !   



Retour en France pour saluer Christian Ghibaudo de Nice. Notre ami nous dit : « J'ai eu plaisir à réécouter les premières chroniques de Richard Edwards, c'est une très bonne idée de les rediffuser. J'espère que de nombreux auditeurs les découvriront. » Tout à fait, c'est notre idée aussi. Je vous rappelle, amis auditeurs que vous pouvez réécouter « Ma Roumanie, chronique d'un amateur » sur nos ondes, tous les samedis, mais aussi à tout moment sur notre site Internet. Bonne écoute !     


Toujours en France, mais à Rosny-sous-Bois, cette fois-ci, nous écoute Jacques Augustin. Notre ami nous a envoyé un email pour nous dire que « le contenu de chaque émission est très riche sur le plan de la qualité. Cela sonne telle une invitation à découvrir le pays historiquement avec le commentaire politique sur l'histoire du territoire de la Roumanie depuis 1859. Excellente recherche! Il en fut de même pour le portrait sur une artiste roumaine. J'ai beaucoup aimé cette séquence et les chansons. Avant de terminer, j'aurais aimé savoir quel pourcentage du PIB que la Roumanie consacre aux dépenses militaires et à combien d'euros cela se chiffre-t-il », conclut Jacques Augustin de France.


 Découvrez la réponse ici : 

http://rri.ro/fr_fr/jacques_augustin_france_quel_pourcentage_du_pib_que_la_roumanie_consacre_aux_depenses_militaires-2551865

 

Voici maintenant un email de René Pigeard de France qui nous dit : « Tout va bien, y compris pour la 4ème génération, qui découvrira autre chose que la radio qui nous a beaucoup apporté, mais ce sera une autre façon de vivre ». Oui, c'est vrai, la nouvelle génération, celle de ma fille qui a 4 ans par exemple, vivra dans un tout autre monde. La technologie fait partie de sa vie dès le premier jour ; on s'amuse même en disant que c'est une génération née la tablette dans la main. C'est un progrès inévitable. On ne peut que s'y adapter, sinon ce sera difficile pour nous de comprendre les nouvelles générations. Et c'est toujours René Pigeard qui écrit : « Nous avons écouté avec un vif plaisir l'article sur la ville de Cluj, ville que nous aurions tant aimé visiter ». Je vous comprends très bien, je viens de découvrir moi aussi que la ville de Cluj est vraiment magnifique. Je l'ai visitée pour la première fois pendant ces vacances. Malheureusement il a plu tout le temps que nous y avons passé et je n'ai pas eu l'occasion de la découvrir plus à fond. Une chose est sûre : il faut absolument prévoir un city-break, un week-end prolongé à Cluj et découvrir la ville à pied, l'appareil photo à la main. C'est la première destination sur ma liste pour cet automne. 



Direction le Brésil maintenant, pour saluer M. Igor Nogueira de Oliveira, qui a écrit à plusieurs rédactions de RRI, dont la nôtre, pour nous féliciter pour la qualité de nos émissions qu'il écoute tous les jours.  Merci et bonne continuation ! 


Petit arrêt au Liban aussi, d'où Raïf Chaaban nous dit : «Permettez-moi de vous écrire pour vous exprimer mes meilleurs sentiments pour votre Radio que j'apprécie bien, surtout les programmes de week-end que j'écoute depuis plusieurs années et pour vous remercier du cadeau, que j'ai reçu par la poste. J'en profite pour présenter mes meilleurs vœux à toute l'équipe de Radio Roumanie Internationale la Section française qui est la voix de la Roumanie pour l'étranger et c'est grâce à vous que je visite la Roumanie que j'ai connue à travers vos programmes. En écoutant votre Radio, c'est un plaisir pour enrichir notre connaissance sur la Roumanie que je visite toujours.» Cher Raïf Chaaban, c'est toujours un plaisir de lire vos messages et nous vous attendons à la Radio la prochaine fois que vous visitez la Roumanie. A très bientôt. 



Avant de terminer, je voudrais remercier pour leurs rapports d'écoute Farid Boumechaal d'Algérie, Amady Faye du Sénégal et Dmitriy Kutuzov de Russie. 




www.rri.ro
Publicat: 2016-08-26 13:11:00
Vizualizari: 91
TiparesteTipareste