Michel Beine (Belgique) - chauffer une habitation en Roumanie

michel beine (belgique) - chauffer une habitation en roumanie 10 années après l’admission de la Roumanie à l’Union européenne, le poêle au bois continue d’être le moyen le plus courant de chauffage des habitations dans ce pays...

Ziarul financiar explique cet état de choses par le fait que « pour se voir connecter aux conduites de gaz, un consommateur roumain doit attendre même huit mois ». Les statistiques les dernières en date indiquent que près de 46% des logements sont chauffés par un système central, et là il s’agit tant du système centralisé que de la chaudière d’appartement, dont la plupart fonctionnent au gaz. Pour ce qui est du reste, 46% des logements du pays sont chauffés au poêle à bois. Une situation paradoxale pour le quotidien, alors que la Roumanie n’a presque plus besoin d’importer du gaz et s’apprête à devenir, en 2020, un générateur de stabilité régionale en matière de ravitaillement en gaz, grâce aux découvertes de gisements gaziers en mer Noire, précise le journal cité.

 

Selon les données du recensement de la population de 2011, les Roumains disposent de 8,5 millions de logements, dont 4,6 millions en milieu urbain. Fin 2015, le nombre des clients finaux connectés au système de distribution du gaz était de 3,3 millions. Il convient de préciser que le chauffage centralisé des habitations, pratiqué à succès et considéré comme une solution efficace du point de vue économique en Occident, connaît en Roumanie une forte crise technique et économique. Il faut savoir que ce système a été hérité de l’époque communiste en Roumanie, or « l’absence d’une vision de restructuration/développement est le facteur critique actuel qui ne peut plus être ignoré », lit-on dans une étude en matière d’énergie, élaborée par l’Académie roumaine et l’Autorité nationale de régulation dans le domaine de l’Energie », reprise par le quotidien financier.


www.rri.ro
Publicat: 2016-12-23 14:26:00
Vizualizari: 207
TiparesteTipareste