Le masque dans la tradition roumaine

le masque dans la tradition roumaine Les traditions préchrétiennes sont toujours très présentes dans l'espace roumain.

Dans les rituels spécifiques aux anciennes coutumes roumaines, les personnages de la mythologie populaire roumaine, étroitement liés aux moments-clé de l'année, qui marquent la transformation du temps, sont extrêmement importants. Ils sont représentés sous la forme de masques traditionnels, mettant en contact direct un monde fantastique et la réalité quotidienne, surtout en période de fêtes religieuses. C'est justement pourquoi, lors des fêtes de Noël ou du Nouvel An, les masques - soit des gens costumés en personnages - accompagnent les groupes de danseurs et de chanteurs de noëls qui parcourent les rues de villes et des villages annonçant les fêtes. Cela témoigne du fait que les traditions préchrétiennes sont toujours très présentes dans l'espace roumain. 


Delia Şuiogan, ethnologue à l'Université du Nord de Baia Mare, nous parle de l'importance du masque en tant qu'objet rituel : « Le masque a toujours eu un rôle très important dans les traditions, non seulement pendant les fêtes d'hiver, mais aussi à l'occasion d'autres fêtes - celles de printemps, par exemple. Le masque fait la transition du réel quotidien historique à la réalité imaginaire. Grâce à lui l'homme devient partie intégrante de l'univers dans son ensemble - l'univers réel et irréel. Le masque permet à celui qui le porte d'annuler sa propre identité et d'assumer une identité complètement nouvelle, celle du masque, évidemment. En Roumanie, les masques sont à peu près les mêmes pour toutes les régions, avec de petites différences, selon le type d'influence - celtique ou romaine. Par exemple on trouve sur l'ensemble du pays des masques de chèvre et d'ours.»   


Le masque représentant la chèvre est présent partout en Roumanie. Il est très important dans les traditions populaires, car il symbolise la renaissance et la cyclicité du temps. Selon les légendes, ce masque était aussi le symbole de la fertilité, non seulement pour les femmes, mais aussi pour les terres des fermiers. C'est en Moldavie (est) et en Olténie (sud) que le personnage de la chèvre a été le mieux conservé. 


L'ethnologue Delia Şuiogan nous parle d'autres masques traditionnels roumains : «Dans la zone intra-carpatique on a conservé plutôt les masques anthropomorphes, représentant l'homme. Par exemple, dans la région de Maramureş (nord) on retrouve les masques des « Moşi», c'est-à-dire des vieillards. Il y a une technique bien précise de réaliser ces masques, dans des ateliers qui regroupent de nos jours encore de nombreux apprentis. Les vieillards représentent les ancêtres mythiques. Il y en a deux types : les beaux vieillards et les vieillards laids, soit des représentations du bien et du mal. Leur mission est de se rencontrer et de lutter pour remettre l'équilibre dans le monde. La danse des vieillards du Maramureş est très intéressante, mais on en trouve également dans les contrées de Bucovine (nord - est) et de Moldavie (est). »  



Un autre personnage présent dans les danses traditionnelles roumaines, c'est l'ours. On pense que la force de cet animal était transférée aux gens, notamment aux enfants s'ils s'enduisaient de graisse d'ours. De même, pour être forts et sains, les bébés prématurés recevaient au baptême le nom Ursu. Puis, jadis, des gens parcouraient les villages accompagnés de bébés ours dressés qui dansaient sur deux pattes. Les gens les recevaient dans leurs cours, estimant que la danse de l'ours leur apporterait de la chance. (Trad. Valentina Beleavski)




www.rri.ro
Publicat: 2019-12-23 13:15:00
Vizualizari: 3032
TiparesteTipareste