Dragobete

dragobete La fête roumaine de l'amour, célébrée le 24 février.

Le patron de l'amour est généralement connu sous le nom d'Eros ou de Cupidon. Mais pour les Roumains il porte un tout autre nom: Dragobete. Dans les légendes populaires, Dragobete est le fils de Dochia, une vieille femme qui symbolise l'hiver. Il est beau, jeune et immortel, protecteur des oiseaux, annonceur du printemps et donc symbole de l'amour. Son rôle est de réinstaurer l'équilibre dans la nature après le départ de l'hiver. Le 24 février est une journée consacrée à ce personnage mythologique, une fête liée à la fertilité et à la renaissance de la nature. 



Pour nous en parler, nous avons invité au micro Delia Suigan, ethnologue à l'Université du Nord de Baia Mare: «Dragobete est une fête très ancienne et très intéressante. Malheureusement, elle a été jetée à l'oubli, notamment au moment où nous avons voulu nous rapprocher d'une autre fête, celle de la Saint Valentin. La fête de Dragobete est fondée sur des rituels anciens liés au printemps. On croyait que le printemps arrivait juste après le 15 février. Par conséquent, cette fête comporte des rituels liés à la fertilité et à la régénération de la nature et de l'homme. Et comme cette régénération doit se produire sous le signe de l'amour, on comprend pourquoi la fête du Dragobete réunit tous ces éléments qui marquent le transfert du pouvoir à la nouvelle saison qui annoncent la renaissance de la nature. » 



Importée tout de suite après la chute du communisme, la Saint Valentin a longtemps éclipsé la fête de Dragobete. Toutefois, au fil des décennies, l'aspect commercial de la Saint Valentin est devenu de plus en plus accentué et les nouvelles générations ont décidé de raviver la fête autochtone oubliée. L'occasion de redécouvrir de nombreuses légendes. Par exemple, le jour du Dragobete, les jeunes filles avaient l'habitude de se laver le visage avec de l'eau provenant de la neige. On disait que cette neige fondue appartenait aux fées qui transmettaient ainsi leurs pouvoirs miraculeux. Par conséquent, les jeunes filles qui se lavaient le visage avec de la neige fondue allaient conserver leur beauté tout le long de l'année. Il y a plein d'autres légendes liées au Dragobete, que les spécialistes du folklore tentent de ramener dans l'attention publique. 


Notre invitée, Delia Suiogan ajoute: «Dragobete est connu sur l'ensemble du pays, bien que sous d'autres noms. Au Maramures (nord) on l'appelle souvent Dragomir ou Cap de Primavara (Début de Printemps). Ce sont des personnages qui ont les mêmes qualités, sauf sa double nature. Et pour cause. A l'extérieur des Carpates, le Dragobete a deux parties : zoomorphe et anthropomorphe. Il a une tête humaine et des jambes de bélier. Nous avons à faire donc à une représentation très ancienne, d'origine trace, qui se retrouve également dans d'autres mythologies du monde ».   


Dragobete impose des règles strictes à respecter par tous ceux qui souhaitent avoir une année tranquille. Dans les communautés traditionnelles, le 24 février, on ne sacrifiait pas d'animaux, on ne cousait pas et on évitait des disputes. Les filles cueillaient les premières fleurs du printemps - des perce-neiges et de violettes - qu'elles mettaient aux icônes jusqu'au mois de juin, lorsqu'elles les jetaient dans les rivières. Et la liste des traditions se poursuit. (Trad. Valentina Beleavski)


www.rri.ro
Publicat: 2020-02-22 13:22:00
Vizualizari: 2952
TiparesteTipareste