Tourisme balnéaire en Roumanie

tourisme balnéaire en roumanie  Situées dans des contrées pittoresques, la plupart des stations thermales sont déjà réputées pour le traitement de différentes maladies.

Le secteur balnéaire est une composante importante de l'offre touristique roumaine. Les eaux minérales et thermales, les boues sapropéliques, les mofettes et puis la multitude de facteurs naturels de la côte roumaine de la mer Noire, voilà autant d'arguments en faveur du tourisme balnéaire en Roumanie. Situées dans des contrées pittoresques, la plupart des stations thermales sont déjà réputées pour le traitement de différentes maladies. La Roumanie compte parmi les premiers pays au monde à avoir créé une société scientifique de balnéologie et de climatologie. 


Nicu Rădulescu, président de l'Organisation patronale du tourisme balnéaire de Roumanie, nous a parlé de l'offre actuelle : « Elle est très attractive du point de vue balnéo-climatique, étant donné que le pays recèle environ un tiers des ressources balnéaires de l'Europe, chose confirmée par le Conseil mondial du voyage et du tourisme. Nous disposons à présent de tous les facteurs naturels de cure permettant de traiter la quasi-totalité des maladies. Il s'agit de facteurs naturels classiques (eaux minérales, thermales) et de facteurs naturels uniques. La Roumanie offre donc des conditions propices pour le tourisme balnéaire. »


Autrefois, les villes d'eaux de Roumanie n'avaient rien à envier aux villes d'eaux célèbres en Europe, telle Karlovy Vary, par exemple. C'est justement pour redonner au tourisme balnéaire son éclat de jadis que dans bien des stations on a modernisé l'infrastructure, les hôtels et les établissements de cure. La Roumanie est un des pays aux plus grandes ressources d'eau aux vertus curatives, leurs qualités et efficacité étant exceptionnelles. 


Depuis quelques années déjà, on voit apparaître de plus en plus d'hôtels, dotés de centres de bien-être modernes, tandis que d'autres, plus anciens, sont remis à neuf, précise notre interlocuteur, Nicu Rădulescu, président de l'Organisation patronale du tourisme balnéaire de Roumanie : « Les stations balnéaires d'intérêt national et international ont bénéficié d'investissements importants, ces derniers temps. Il s'agit de Felix les Bains et de Sovata, des stations thermales situées au cœur de la Transylvanie: Tuşnad, Covasna, des villes d'eaux de la contrée d'Olténie: Govora, Olăneşti, Călimăneşti, Căciulata. S'y ajoutent Amara (sud), Buziaş (ouest) et Slănic Moldova (nord-est). Dans plusieurs stations, les hôtels deux étoiles ont grimpé d'une ou de deux places dans le classement. En plus, à Felix les Bains on a construit, en 2017, la première unité balnéaire cinq étoiles de Roumanie, un investissement comparable à n'importe quel autre de ce type en Europe. On ne saurait oublier de mentionner les traitements à base de Boicil ou ceux de rajeunissement inventés par l'académicienne Ana Aslan. Nos stations thermales reçoivent des visiteurs de tous les coins du monde et ce volet du tourisme est en plein essor. Le tourisme balnéaire et celui de bien-être ont connu ces 3 ou 4 dernières années un rythme de croissance de 10 à 12%, et ce grâce aux investissements. »


 Bien des fois, les stations balnéo-climatiques sont considérées comme des destinations de prédilection des seniors. Il existe, toutefois, de nombreux arguments qui contredisent cette idée reçue. Parmi eux, le fait que les traitements de prévention des maladies sont les bienvenus à n'importe quel âge. Et puis, dans nombre de stations il y a pas mal de possibilités de se divertir, qui ne sont pas forcément destinées aux seniors. 


Nicu Rădulescu : « Ces derniers temps, les sociétés de tourisme balnéaire et de récupération proposent leurs propres paquets touristiques, qui combinent la cure proprement-dite, mettant à profit les facteurs naturels (air, eaux minérales, boue sapropélique) avec d'autres types d'offres. Comme les stations thermales sont situées, pour la plupart, dans des parcs naturels ou au cœur d'une nature particulièrement belle, on peut s'adonner à la pêche ou faire des randonnées aussi. A Tuşnad, par exemple, on peut observer les ours dans leur habitat naturel. Bref, il y a beaucoup d'offres et grâce à la collaboration entre hôteliers et agences de voyage on a réussi à assurer des services adjacents qui s'ajoutent à ceux liés strictement la cure. »



Bien des touristes s'orientent maintenant vers le littoral de la mer Noire. C'est là que l'on trouve différents centres de soins où l'on met en valeur les vertus thérapeutiques de la boue puisée dans le lac Techirghiol, situé à une quinzaine de km au sud de la ville de Constanţa. La côte roumaine de la mer Noire est également renommée pour d'autres facteurs naturels, tels l'eau de mer ou celle mezzothermale sulfatée, la boue de tourbe, extraite des alentours de la ville de Mangalia. 


Nicu Rădulescu, président de l'Organisation patronale du tourisme balnéaire de Roumanie, nous conseille de ne pas nous limiter aux stations balnéaires de la zone littorale : « Chaque station thermale a son cachet. A part cela, chacune d'elles a ses histoires extraordinaires. Je viens de rencontrer deux touristes portugais de Lisbonne. A la question de savoir pourquoi ils viennent à Tuşnad, ils m'ont répondu qu'ils s'y sentent merveilleusement bien et que les eaux thermales sont vraiment extraordinaires. Les deux souffrent de rhumatisme. Cela fait plusieurs années qu'ils se rendent à Tuşnad. Ils y arrivent ankylosés, et en repartent pleins d'énergie. Et de tels exemples sont nombreux. Nous n'utilisons pas de médicaments, c'est le médecin en chef qui décide des procédures à suivre. On dirait une fabrique de santé, mais qui ne fait pas usage de médicaments. J'invite chaleureusement tout touriste roumain ou étranger à découvrir ce potentiel de la Roumanie. Enfin, sachez que nous évaluons l'état de santé du touriste aussi bien à l'arrivée qu'au départ et que les résultats de la cure sont spectaculaires. Certaines études montrent que les facteurs naturels utilisés dans les traitements font de véritables merveilles». (Trad. Mariana Tudose)



www.rri.ro
Publicat: 2018-05-24 13:46:00
Vizualizari: 310
TiparesteTipareste