La semaine du 18 au 23 juin 2018

la semaine du 18 au 23 juin 2018 Tensions politiques à Bucarest/Préparatifs pour la présidence tournante de l’UE/Les pluies torrentielles et les phénomènes orageux causent des dégâts à travers la Roumanie.

Tensions politiques à Bucarest 


La Chambre des députés de Bucarest, en sa qualité d'assemblée décisionnelle, a adopté lundi, à la va-vite, les modifications du Code de procédure pénale, que le Sénat avait lui aussi validées la semaine précédente. Parmi elles, le fait que la sentence d'acquittement prononcée en première instance ne peut être modifiée en l'absence de nouvelles preuves. En plus, il sera interdit de dévoiler, pendant l'enquête pénale, tout aspect relatif aux faits et aux personnes visées, alors que le placement en détention provisoire sera permis uniquement s'il est justifié par des preuves et des indices solides. 


Les députés ont également décidé que la durée des poursuites pénales ne pourra pas dépasser une année, le dossier devant être automatiquement classé si les procureurs n'arrivent pas, dans ce laps de temps, à envoyer devant la justice la personne concernée. Pour leur part, les représentants de la majorité parlementaire affirment avoir transposé dans la législation les décisions de la Cour Constitutionnelle de Roumanie, les directives européennes relatives à la présomption d'innocence et les observations des associations professionnelles. Le Parti national libéral et l'Union Sauvez la Roumanie ont annoncé qu'ils allaient attaquer devant la Cour constitutionnelle le projet législatif, vu que certaines modifications mettent en danger l'acte de justice. Une démarche similaire a été initiée aussi par la Haute Cour de Cassation et de Justice. 


Entre temps, des milliers de Roumains sont descendus mercredi dans les rues de Bucarest et des grandes villes du pays pour protester contre les modifications des lois de la Justice et du Code de procédure pénale opérées par la majorité parlementaire de la coalition PSD -  ALDE. Les protestataires ont scandé des slogans anti-gouvernementaux, demandant la démission du cabinet et l'organisation d'élections anticipées. De l'avis des manifestants, mais aussi des représentants de l'opposition, à savoir le Parti national libéral, l'Union Sauvez la Roumanie et le Parti du Mouvement populaire, l'actuel exécutif dirigé par Viorica Dancila serait coupable de la destruction de la Justice et de l'écroulement de l'économie. C'est pourquoi les trois formations de droite ont déposé au Parlement une motion de censure contre le gouvernement. Elle sera lue lundi devant le plénum du Parlement, pour être ensuite débattue et votée mercredi. 


En théorie, les partis au pouvoir disposent du nombre de voix nécessaires pour que la motion soit rejetée. Seul bémol, le PSD, qui mène la coalition gouvernementale de Bucarest, est actuellement secoué par la condamnation de son président Liviu Dragnea. Celui-ci a écopé jeudi d'une peine de trois ans et six mois de prison ferme. Selon ce verdict qui n'est pourtant pas définitif, le leader social-démocrate serait coupable d'instigation à abus de fonction, pour des faits commis à l'époque lorsqu'il était président du Conseil départemental de Teleorman (sud).  Il aurait arrangé l'embauche fictive de deux membres du parti à la Direction d'Assistance sociale et de protection de l'enfance. Bien que rémunérées de fonds publics, les deux femmes auraient travaillé exclusivement pour le PSD. Ce que le leader social-démocrate nie.  


Préparatifs pour la présidence tournante de l'UE


Sur cette toile de fond, extrêmement tendue, la Roumanie se prépare aussi pour assurer, à compter du 1er janvier prochain, la présidence tournante du Conseil de l'UE. Au cours des 6 mois de son mandat, Bucarest se propose entre autres d'assurer le développement durable et équitable pour tous les Etats membres et d'obtenir des résultats concrets pour les citoyens européens, a affirmé Mme Viorica Dancila, premier ministre, mercredi lors d'un discours devant le Parlement. A son tour, le ministre chargé des Affaires européennes, Victor Negrescu, s'est rendu cette semaine à Bruxelles pour assurer les responsables européens que la Roumanie était prête à assumer son mandat. Il s'est entretenu avec plusieurs commissaires européens sur les priorités de Bucarest qui visent de domaines tels le budget et le ressources humaines, l'énergie et la concurrence. La Roumanie souhaite que la politique de cohésion, qui est étroitement liée à la convergence économique, sociale et territoriale, devienne l'élément central du budget européen, a encore affirmé Victor Negrescu. Pour ce qui est de la politique agricole, Bucarest souhaite adopter des mesures à même de réduire les décalages en matière de subventions et soutenir les fermiers et les exploitations agricoles compétitives qui proposent au marché européen des produits de qualité. La recherche et l'innovation figurent aussi parmi les priorités de la Roumanie, qui plaidera pour l'accès égal et équitable aux ressources du domaine ou encore pour des salaires égaux pour tous les chercheurs, quel que soit leur pays d'origine.    


Les pluies torrentielles et les phénomènes orageux causent des dégâts à travers la Roumanie. 


Cela fait déjà plusieurs années que les Roumains sont confrontés à des phénomènes météorologiques atypiques pour le climat tempéré continental de leur pays. Le printemps et l'automne sont des saisons quasi-inexistantes, l'été les températures sont particulièrement élevées, alors qu'en hiver la neige a presque complètement disparu de certaines régions. Par ailleurs, de nouveaux phénomènes météorologiques sont apparus en Roumanie, comme les tornades par exemple. Depuis une semaine, sur toile de fond de températures beaucoup plus élevées que les moyennes du mois de juin, des phénomènes orageux intenses ont été enregistrés à travers le pays. Les pluies et orages ont causé des ennuis : des dizaines de ponts ont été emportés par les eaux qui ont couvert nombre de routes, rues et terrains agricoles. Des dizaines d'habitations, celliers et sous-sols ont été inondés. La pluie a aussi endommagé fontaines, voitures et segments entiers de routes départementales. Plusieurs dizaines de localités ont été plongées dans le noir, y compris des quartiers de Bucarest, où les pluies torrentielles ont inondé rues et boulevards, perturbant le trafic. (Trad. Alex Diaconescu, Valentina Beleavski)


www.rri.ro
Publicat: 2018-06-23 17:21:00
Vizualizari: 187
TiparesteTipareste