La République de Moldova – 27 ans d’indépendance

la république de moldova – 27 ans d’indépendance 27 ans après la proclamation de son indépendance, la République de Moldova ne vit pas le meilleur moment de sa fragile existence d’Etat à part entière.

Le 27 août 1991, un nouvel Etat apparaissait sur la carte de l'Europe - la République de Moldova, créée sur une partie des territoires roumains de l'Est, inclus de force dans la Russie soviétique en 1940. La Roumanie convalescente après le communisme a été le premier pays à avoir reconnu la nouvelle république. 27 ans plus tard, la Roumanie membre de l'Union européenne et de l'OTAN est le partisan le plus vocal de l'intégration européenne du petit Etat voisin, à population roumanophone majoritaire, en accord avec les aspirations déclarées par les autorités de Chişinău. Et la Roumanie promet de le rester aussi pendant son mandat à la tête du Conseil de l'UE, au premier semestre de l'année prochaine. 


Les près de trois décennies d'indépendance de la Moldova n'ont pas apporté la prospérité ni la paix sociale. En 1992, la Transnistrie, région moldave située de l'autre côté de la rivière Dniester, soutenue par Moscou, fait sécession après un conflit armé, soldé par des centaines de morts. Des crises économiques successives ont poussé la République de Moldova sur la position indésirable d'Etat le plus pauvre du continent européen et ont provoqué une migration massive de sa population. Les secousses internes et les manifestations de grande ampleur ont eu pour effet des changements au sommet de la politique et de l'administration. 


Après avoir désigné, en 2009, son rapprochement d'avec l'UE comme principal objectif de politique étrangère, la République de Moldova a enregistré plusieurs succès importants, dont le plus notable ayant été la suppression des visas et la signature d'un accord de libre-échange avec les Etats membres de l'Union. Les relations entre Chişinău et Bruxelles se sont pourtant refroidies suite à la disparition d'au moins 1 milliard d'euros du système bancaire moldave en 2014 et à l'arrêt des réformes, y compris de celles, obligatoires, concernant la justice. S'y est ajoutée l'élection, en 2016, d'un président pro-russe. Les partenaires occidentaux se sont déclarés inquiets du passage à un système électoral mixte, au détriment de l'ancien modèle, des listes de candidats des partis politiques. Le pic de leur mécontentement s'est manifesté lorsque le résultat de l'élection du maire de la capitale moldave, élection remportée par le leader de la plate-forme pro-européenne DA, Andrei Năstase, a été annulé pour des raisons discutables. 


Les retards enregistrés dans la construction de l'Etat de droit, de la démocratie et d'une économie saine continuent à fragiliser le petit Etat de l'Est de l'Europe, mettant en doute son avenir. Les sympathisants de l'opposition pro-européenne en sont conscients. Dimanche, ils en étaient des milliers à protester contre le gouvernement de Chişinău, à l'appel du Mouvement de résistance nationale ACUM, créé après l'annulation de l'élection locale de Chişinău. Les participants à la manif ont dénoncé la corruption du pouvoir et demandé la démission du gouvernement Filip, considéré comme responsable de la dégradation des conditions de vie de la population et de l'isolement de la République de Moldova en Europe. « De très nombreux jeunes ont été poussés à partir. Et nous sommes de moins en moins nombreux. Nous ne pouvons plus être mentis par ce régime corrompu, nous ne pouvons plus être volés par ce régime autoritaire, il nous est impossible d'éduquer nos enfants avec des salaires inférieurs au niveau d'existence, nous ne pouvons plus les laisser continuer à nous humilier », a affirmé Maia Sandu, leader du Parti Action et Solidarité. (Trad. : Ileana Ţăroi)



www.rri.ro
Publicat: 2018-08-27 12:21:00
Vizualizari: 347
TiparesteTipareste