28.10.2018 (mise à jour)

28.10.2018 (mise à jour) - Séisme de 5,8 en Roumanie, sans victimes ni dégâts/La Roumanie est revenue à l’heure d’hiver/La commissaire européenne à la Politique régionale fait, lundi et mardi, une visite officielle en Roumanie

Séisme – Un tremblement de terre de magnitude 5,8 sur l’échelle ouverte de Richter s’est produit, la nuit dernière, dans la zone sismique de Vrancea de l’est de la Roumanie, sans faire ni victimes ni dégâts. Le séisme a été fortement ressenti à Bucarest. Il a également été perçu dans des pays voisins tels la République de Moldova, l’Ukraine et la Bulgarie. Le directeur scientifique de l’Institut national de Physique de la Terre, Mircea Radulian, a déclaré à Radio Roumanie que c’était un tremblement de terre normal pour la région de Vrancea. C’était le plus fort des 14 dernières années. Le dernier séisme majeur a eu lieu en Roumanie le 22 novembre 2014, de magnitude 5,7. Voici deux semaines, la plus ample simulation d’intervention des deux dernières dizaines d’années en cas de séisme majeur dans l’UE a eu lieu en Roumanie. Les séismes les plus dévastateurs de l’histoire récente du pays ont été ceux de 1940 et de 1977, avec plus de 2500 morts et 15.300 blessés.

 

Heure d’hiver – La Roumanie est revenue à l’heure d’hiver dans la nuit de samedi à dimanche. Les horloges ont été reculées d’une heure, donc ce dimanche est le jour le plus long de l’année. Selon un sondage d’opinion au niveau européen, 84% des sujets questionnés souhaiteraient que leurs pays ne fassent plus le passage à l’heure d’hiver qui, disent-ils, leur provoque des insomnies, des coups de fatigue ou encore de problèmes de concentration. Selon la Commission européenne, ce sera à chaque Etat membre de décider s’il garde l’heure d’été ou celle d’hiver. Les pays doivent communiquer leur décision jusqu’à la fin avril 2019 au plus tard. Si le calendrier proposé par Bruxelles est respecté, le 31 mars 2019 marquera le dernier passage obligatoire à l’heure d’été. A l’heure où l’on parle, le territoire de l’UE est traversé par trois fuseaux horaires : l’heure de l’Europe Occidentale, celle de l’Europe Centrale et l’heure de l’Europe de l’Est.

 

Visite – La commissaire européenne à la Politique régionale, Corina Creţu, fera, lundi et mardi, une visite officielle en Roumanie, son pays d’origine. A l’agenda – rencontres avec des représentants de haut rang des autorités de Bucarest et discussions sur l’avenir de la politique européenne de cohésion dans deux conférences. La responsable européenne souligne que la politique de cohésion est une garantie de la hausse de la qualité de la vie pour les citoyens européens, et que ses résultats sont visibles en Roumanie aussi. Corina Cretu précise que depuis l’adhésion de la Roumanie à l’UE, en 2007, le pays s’est vu allouer plus de 45 milliards d’euros de fonds européens pour son propre développement.

 

Syndicats – Les syndicalistes du métro bucarestois reprendront, lundi, les négociations avec l’administration en marge de la nouvelle convention collective de travail, qui a expiré le samedi 27 octobre. Les discussions de vendredi n’ont pas abouti. Les syndicalistes demandent principalement une majoration salariale de 42% et de meilleures conditions de travail. Ils menacent de déclencher la grève générale après le 10 novembre. La direction de Metrorex, qui gère le métro bucarestois, fait valoir qu’une telle augmentation ne peut être accordée parce qu’elle excède le budget de la compagnie et enfreint certaines dispositions légales. En plus, l’administration souligne que les salaires ont connu une hausse d’au moins 10% par an en 2015, 2016 et en 2017.

 

Sondage – Plus d’un tiers des Roumains (37%) souhaitent que le pays ait des relations plus étroites avec les Etats Unis, 25% avec l’Allemagne, alors que 11% font choix de la France, selon un sondage réalisé par le Groupe d’études socio-comportementales Avangarde, rendu public ce dimanche. 9% des sondés veulent des rapports plus étroits avec la Chine et avec la Russie et 7% avec le Royaume Uni. Questionnés sur leur avis à propos de plusieurs dirigeants, 38% ont affirmé avoir une bonne opinion sur le président français, Emmanuel Macron, 37% partagent le même avis su la chancelière allemande, Angela Merkel, 29% sur le président américain, Donald Trump, et 20% d’avis favorables ont été enregistrés sur le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. En même temps, 18% ont une bonne opinion sur le président de la Russie, Vladimir Poutine, 17% sur le premier ministre hongrois, Viktor Orban, et 11% sur le président de la République de Moldova, Igor Dodon. L’enquête a été réalisée du 17 au 20 octobre, sur un échantillon de 803 personnes. La marge d’erreur est de 3,2%.

 

Tennis - Le joueur de tennis roumain Marius Copil, 93ème au classement mondial, s’est incliné ce dimanche en finale du tournoi de Bâle, en Suisse, devant le Suisse Roger Federer, 3e du monde. Issu des qualifications, Marius Copil a eu une évolution remarquable à ce tournoi, où il a réussi le résultat le plus important de sa carrière. Il a réussi à vaincre six adversaires mieux classés que lui et s’est frayé un passage vers la finale dont le Croate Marin Cilic (6e) et l’Allemand Alexander Zverev (5e joueur du monde). Le Roumain a disputé sa deuxième finale de simple au circuit ATP, après avoir joué en début d’année le dernier acte du tournoi ATP 250 de Sofia. Roger Federer, titulaire du record de trophées du grand Chelem (20), a gagné pour la 9e fois le tournoi dans sa ville natale. Suite à ce succès, Marius Copil, le meilleur joueur de tennis roumain du moment, fera un bond impressionnant au classement ATP ; à partir de lundi, il passe 60e du monde.


www.rri.ro
Publicat: 2018-10-28 18:01:00
Vizualizari: 209
TiparesteTipareste