Les priorités de la présidence roumaine du Conseil de l’UE

les priorités de la présidence roumaine du conseil de l’ue L’Europe de la convergence, l’Europe de la sécurité, l’Europe –acteur global et l’Europe des valeurs communes, voilà les quatre piliers de la future présidence roumaine du Conseil de l’UE

La première ministre roumaine, Viorica Dăncilă, a déclaré mercredi, devant le Parlement, que les priorités de la future présidence roumaine du Conseil de l'UE sont structurées sur quatre axes: l'Europe de la convergence, l'Europe de la sécurité, l'Europe - acteur global et l'Europe des valeurs communes. La convergence et la cohésion sont essentielles pour promouvoir une Europe unie et pour accroître la compétitivité de l'Union, a précisé la cheffe du cabinet de Bucarest. 

 

Dans une déclaration adoptée toujours mercredi, le Législatif s'est engagé à soutenir le gouvernement pour qu'il accomplisse tous les objectifs durant la présidence roumaine du Conseil de l'UE. Parmi eux, un agenda centré sur le citoyen, l'appui à la politique européenne de cohésion, la poursuite de la Politique agricole commune, la facilitation du dialogue parlementaire avec le Royaume-Uni dans le contexte du Brexit et une meilleure transparence des institutions européennes. Voici ce que déclarait Gabriela Creţu, sénateur social-démocrate: "Sur la base de la collaboration entre les institutions, les ministres vont informer périodiquement les commissions parlementaires et les groupes des partis politiques au sujet des progrès enregistrés dans la mise en œuvre des priorités de la présidence roumaine du Conseil de l'UE et des principales évolutions concernant les thèmes majeurs figurant à l'agenda européen. Le président de la Roumanie est lui aussi invité à informer le Parlement des discussions et des décisions des conseils européens durant le mandat.". 

 

Călin Popescu-Tăriceanu, leader de l'Alliance des libéraux et des démocrates, membre de la coalition au pouvoir, a dit souhaiter que la Roumanie agisse pour faire abandonner l'idée d'une Europe à deux vitesses: "Nous ne voulons pas que les clivages entre Nord et Sud , entre Est et Ouest s'accentuent. Nous ne voulons pas que l'Europe devienne l'union de deux groupes d'Etats, de premier et de second rang, où fonctionneraient les doubles standards économiques, politiques, sociaux ou de tout autre nature ". 

 

Le Parti national libéral, d'opposition, a assumé le rôle de porte-parole de ceux qui anticipent que l'Exécutif risquerait de ne pas remplir les objectifs fixés, vu que la coalition au pouvoir attaque les valeurs européennes et occidentales. Voici les propos du sénateur libéral Florin Cîţu: "Les faits vous trahissent, quels que soient vos efforts de tout cacher derrière les discours triomphalistes. Vous avez réussi la performance de rajouter neuf points au rapport relatif au Mécanisme de vérification et de coopération, en éloignant encore plus le pays de son objectif visant l'entrée dans l'espace Schengen. "   

 

 Rozália Biró, députée de l'Union démocratique des Magyars de Roumanie, a souligné que pour remplir l'intégralité de ses objectifs, la Roumanie doit d'agir d'une seule voix pendant les six mois de son mandat à la tête de l'UE. Traian Băsescu, ancien président du pays et actuel sénateur du Parti du Mouvement populaire, a demandé si les priorités annoncées étaient en concordance avec le discours du président Klaus Iohannis. Une question légitime, compte tenu du conflit chronique entre le chef de l'Etat et le gouvernement en place. Cet appel à l'unité semble quelque peu dérisoire, vu que l'opposition de droite envisage de déposer une motion de censure contre le gouvernement. (Trad. Mariana Tudose)
 


www.rri.ro
Publicat: 2018-12-13 13:15:00
Vizualizari: 363
TiparesteTipareste