Le début du mandat roumain à l’UE

le début du mandat roumain à l’ue Membre de l’UE depuis le 1er janvier 2007, la Roumanie a pris en ce début d’année la présidence tournante du Conseil de l’UE. Parmi ses objectifs: la connectivité, la numérisation de l’industrie européenne, la sécurité intérieure de l’espace communautaire

 Après l'Autriche, c'est à la Roumanie d'assumer la présidence tournante de l'Union européenne, pour six mois. Bucarest a donc accédé à sa première présidence semestrielle du Conseil de l'UE avec pour principal but la promotion d'une vision pragmatique reposant sur le principe de la cohésion, selon la première ministre, Viorica Dancila. En fait, le programme de la Roumanie à la tête de l'Union reposera sur quatre piliers principaux: une Europe de la convergence, la sécurité en Europe, un renforcement du rôle de l'Europe dans le monde et la promotion des valeurs européennes. L'Europe de la convergence gravitera autour de la croissance économique, de la compétitivité et de la cohésion et se donnera pour principal objectif la mise en place d'un développement durable et équitable pour tous les citoyens européens, a encore précisé la cheffe du cabinet de Bucarest. C'est un but essentiel, a-t-elle lancé, si l'on souhaite promouvoir une Europe unie, avec un niveau de compétitivité à la hausse. 

Viorica Dancila: « Les décisions visant les futures politiques européennes doivent se refléter dans les priorités du financement communautaire. C'est pourquoi la présidence roumaine de l'Union contribuera aux futures projections budgétaires pour l'exercice financier pluriannuel post 2020 afin d'assurer le juste équilibre entre les politiques de croissance et celles de cohésion au sein de l'espace européen. » 

 

La Roumanie se propose également de contribuer au renforcement de l'Union économique et monétaire et à l'encouragement de la recherche et de l'innovation allant de la numérisation à la connectivité des entreprises en tant que principaux facteurs de croissance européenne. La Roumanie plaide en faveur d'une implication plus soutenue des citoyens dans la prise des décisions européennes et elle continue à se rapporter constamment aux valeurs européennes afin de mieux combattre l'intolérance, le populisme, le racisme ou la xénophobie.Et Viorica Dancila d'affirmer que : « Je considère qu'il serait nécessaire d'encourager les jeunes à s'impliquer davantage dans la mise en place d'une Europe forte, fondée sur des valeurs communes. En tant que présidente de l'UE, la Roumanie appellera les Européens à s'investir activement dans le processus législatif européen. »

 

Invité au micro de Radio Roumanie pour parler des priorités de la Roumanie à la tête de l'UE, le ministre des Affaires européennes, George Ciamba, a rappelé que sous le slogan "La convergence - une valeur européenne commune", Bucarest aura plusieurs dossiers importants à gérer. Il s'agit, a-t-il rappelé, du Brexit, du futur cadre financier ou encore des élections pour le Parlement européen. George Ciamba a déclaré que : « Un tout premier objectif à accomplir au moment où l'on sera censé à travailler avec l'actuel Parlement européen sera de mener à bon terme le plus de dossiers législatifs. D'après nos calculs, nous avons une idée sur les initiatives législatives que l'on pourrait transformer en acquis communautaire. En fait, le Parlement européen, tel qu'il est à l'heure actuelle, sera encore en place 4 mois seulement. Un laps de temps assez court pendant lequel la Roumanie devra trouver des majorités qualifiées censées lui permettre d'atteindre une position commune au niveau du Conseil. La deuxième partie de notre mandat sera consacrée au sommet de Sibiu; il s'agit d'une réunion de haut niveau extrêmement importante puisqu'elle se déroulera deux semaines et demie avant les élections européennes et du coup, elle est censée envoyer un signal d'unité des Etats membres quant à l'avenir de l'UE. Le dernier mois de la Roumanie à la tête du Conseil sera encore plus compliqué puisqu'on pourra enfin se pencher sur des sujets impossible à examiner avant, en raison de la campagne électorale pour le Législatif européen. Du coup, on n'aura qu'un mois à notre disposition pour résoudre certains problèmes dont notamment ceux portant sur l'élargissement de l'Union. » 

 

Pour sa part, le chef de la diplomatie roumaine, Teodor Melescanu, a affirmé que la Roumanie voudrait profiter de son mandat pour faire de la région de la mer Noire une zone prioritaire de l'UE, comme elle l'est déjà pour l'OTAN. Teodor Melescanu: « L'une des préoccupations que la Roumanie aura pendant sa présidence européenne sera d'avancer des propositions de renforcement de la coopération dans la région de la mer Noire. Je pense à des mesures censées stimuler la confiance entre les pays de la région, à encourager le tourisme, la connexion énergétique ou encore la coopération directe de Bruxelles avec les structures régionales », a conclu Teodor Melescanu, en réitérant l'espoir de voir l'Union impliquée davantage dans ces formats régionaux. (Ioana Stancescu)
 


www.rri.ro
Publicat: 2019-01-11 14:36:00
Vizualizari: 220
TiparesteTipareste