Curtea de Argeș

curtea de argeș Notre destination d’aujourd’hui est la ville de Curtea de Argeș, première capitale de la Munténie et l’une des plus anciennes villes du sud de la Roumanie actuelle.

Située à 160 km de Bucarest, Curtea de Argeş garde les vestiges de son passé historique important, et profite de la beauté de la nature particulièrement riche de sa région. Sise en contrebas de l’imposant massif de Fagaras, sur le Transfăgărăşan, célèbre route d’altitude, la ville est un incontournable de cette région historique. Dumitru Grecu, amoureux de sa région d’Arges et promoteur en tourisme, nous accompagne à travers l’histoire de l’ancienne capitale de la Valachie :

 

« C’est ici que l’on trouve les sépultures des anciens monarques roumains, et c’est parce que cette ville a une formidable valeur historique, religieuse et culturelle. L’église voïvodale de Curtea de Arges est probablement l’une des plus églises les plus importantes de la chrétienté, et je ne parle pas seulement du monde orthodoxe. L’ancienneté de sa peinture murale, datant du 14e siècle, et maintenue dans sa forme d’origine, authentique, range cette église dans une catégorie tout à fait exceptionnelle. La beauté et l’agencement des couleurs et des nuances sont des éléments exceptionnels, tout comme les représentations iconographiques en tant que telles. De ces dernières, certaines sont uniques au monde. L’église voïvodale de Curtea de Arges vaudrait la peine d’être mieux connue par tout un chacun. J’ai rencontré des catholiques qui en ont été émerveillés. Ceux qui l’ont vue une fois reviennent à coup sûr car, à chaque nouvelle visite, ils découvrent des éléments ignorés, des angles nouveaux, des choses inédites. Et ils viennent souvent de loin ».

 

La recommandation suivante de notre invité, Dumitru Grecu, c’est l’église de Maître Manole, la cathédrale métropolitaine de Curtea de Argeş.

 

« C’est le symbole même de la Roumanie et probablement la plus belle église de Roumanie, une création architecturale exceptionnelle. Elle a été bâtie dans un laps très bref de temps, en cinq ans seulement, entre 1512 et 1517, par le voïvode Neagoe Basarab, celui qui l’avait d’ailleurs dessinée. La légende de cette église qui a traversé les temps pour arriver jusqu’à nous nous enseigne que rien d’important ne peut s’accomplir sans sacrifices. Et que plus le dessein est important, plus l’ampleur du sacrifice est directement proportionnelle. Et puis, ne l’oublions pas, cette cathédrale est la nécropole des rois de Roumanie ».

 

Mais l’attraction la plus importante de la zone s’avère être la route escarpée du Transfăgărăşan, celle-là même qui fut taillée dans la pierre des imposants Monts Făgăraş, qu’elle traverse, reliant ainsi l’ancienne province historique de Valachie à celle de Transylvanie. Dumitru Grecu :

 

« Nombre d’agences internationales de tourisme notent et apprécient le Transfăgărăşan comme la plus belle route au monde. La beauté demeure, certes, un élément relatif, et ce genre de classements l’est sans doute aussi. Ce que l’on peut néanmoins affirmer pour sûr, c’est que la route est splendide, traversant un paysage fantastique. D’une année à l’autre, le nombre de touristes qui vont la parcourir ne fait que croître. »  

 

Et finalement, si vous choisissiez de passer une nuit en plein hiver dans la ville de Curtea de Arges, sachez que vous allez pouvoir profiter de la piscine couverte et des jacuzzis présents dans l’offre de certains hôtels qui se feront certainement un plaisir de vous accueillir.

 

                                                                         Trad. Ionut Jugureanu


www.rri.ro
Publicat: 2019-02-11 13:19:00
Vizualizari: 244
TiparesteTipareste