La vision de la Roumanie sur le projet européen

la vision de la roumanie sur le projet européen  Lors d’une allocution à Strasbourg, la première ministre roumaine, Viorica Dancila, a passé en revue les priorités de la présidence roumaine du Conseil de l’UE.

« L'Europe a toujours su dépasser les obstacles et renaître après les moments moins fastes de l'histoire. Le projet européen même, dans sa forme présente, a été façonné par les multiples crises traversées par l'Europe », a souligné la première ministre roumaine Viorica Dăncilă. Lors d'un discours à Strasbourg, elle a présenté les quatre principaux domaines d'action que Bucarest s'est fixés pour son premier mandat à la tête du Conseil de l'Union européenne : l'Europe de la convergence, l'Europe de la sécurité, l'Europe en tant qu'acteur global et l'Europe des valeurs communes. 


Viorica Dăncilă : « La vision de la présidence roumaine sur le projet européen est structurée autour de cette idée, « la cohésion, une valeur commune  européenne». Elle se décline dans tous les domaines : la cohésion politique illustrée par le besoin d'unité des Etats membres ; la cohésion économique et territoriale, qui vise à réduire les décalages de développement entre les pays et les régions ; la cohésion sociale, importante à travers la préservation des quatre libertés du marché intérieur de l'Union européenne. Il y a plus de 500 millions de citoyens européens qui attendent une réponse concernant l'avenir de la maison qu'ils habitent - l'Europe. Je crois qu'il est important de montrer aux citoyens de l'Union que les institutions européennes travaillent pour eux et, surtout, qu'elles ont des résultats qui améliorent leur vie et leurs perspectives d'avenir. »


L'Europe de la convergence représente le premier domaine d'action de la présidence roumaine du Conseil de l'Union européenne. Parti du constat que le marché unique est le noyau dur de la construction européenne, Bucarest s'est fixé pour objectif d'accorder une attention toute particulière à l'agenda législatif qui touche directement au marché intérieur. Le but, c'est de mettre au point le cadre nécessaire au bon fonctionnement de ce dernier. « Nous devons consolider la base scientifique et technologique de l'industrie européenne, c'est ce qui nous permettra d'accroître notre compétitivité au niveau international, de stimuler la croissance économique et de créer de l'emploi », a insisté la première ministre roumaine. Elle a rappelé que le rythme soutenu en termes d'offensive digitale sera maintenu et qu'une attention particulière sera accordée au développement des liens fonctionnels de tout type Est-Ouest, Nord-Sud. Pas en dernier lieu, il s'agit de réglementer l'Union énergétique.


Pour le deuxième domaine d'action de son mandat, la Roumanie a choisi l'Europe de la sécurité. Viorica Dăncilă : « Nous sommes devant des défis qui menacent la sécurité du citoyen. L'Union européenne est confrontée à un ample éventail de risques et de menaces qui peuvent miner les valeurs et la prospérité de nos sociétés ouvertes. Dans un monde de la numérisation accélérée, il faut faire des pas en avant pour protéger les citoyens dans l'espace virtuel. Il faut consolider la résilience de l'Union vis-à-vis des attaques cybernétiques. La cyber sécurité sera donc une condition nécessaire pour tout projet  ayant trait à la société de l'information. Et toujours au sujet de la sécurité de l'Union, nous traiterons très sérieusement la négociation et la finalisation des initiatives sur la gestion cohérente des flux migratoires, le renforcement des frontières extérieures de l'Union, les interventions d'urgence, la lutte contre le terrorisme, la protection de la sécurité des citoyens dans l'espace virtuel, la mise en place et même l'élargissement du mandat du Parquet européen aux infractions de terrorisme ainsi que la consolidation de la coopération judiciaire en matière civile et pénale. »


Pendant son mandat à l'UE, la Roumanie souhaite contribuer à dégager des solutions viables dans ces domaines liés à la migration, et promouvoir la coopération entre les Etats d'origine et de transit, y compris en ce qui concerne la traite d'êtres humains. L'Europe en tant qu'acteur global est le 3e domaine d'action annoncé par Bucarest pour sa présidence du Conseil. Selon les autorités roumaines, la direction d'action principale dans ce domaine doit partir des engagements communs assumés par la Stratégie globale de politique étrangère et de sécurité de l'Union européenne. Viorica Dăncilă :« En matière de politique de sécurité, nous allons promouvoir le renforcement des capacités de défense et de sécurité de l'UE, de manière complémentaire avec les processus similaires de l'OTAN. Dans le même temps, il convient d'orienter notre attention à notre voisinage immédiat, ce qui présuppose d'avancer dans la politique d'élargissement de l'Union. Le 10e anniversaire depuis le lancement du Partenariat oriental, cette année, constituera un moment important à cet effet. Il convient toutefois d'accorder une attention particulière aux Balkans de l'Ouest. Nous soutiendrons aussi la mise en œuvre des engagements de l'Union à l'international. Promouvoir les intérêts commerciaux, moderniser le système commercial multilatéral et élargir les accords de partenariat économique et de commerce libre - voilà les repères essentiels. »


L'Europe des valeurs communes constitue le 4e domaine d'action de la présidence roumaine du Conseil de l'UE. Le racisme, l'intolérance, la xénophobie, le populisme, l'antisémitisme ou le discours fondé sur la haine doivent être fermement combattus, en assurant en même temps l'égalité de traitement à laquelle aspirent tous les Etats membres et tous les citoyens européens.  (Trad. Ligia Mihăiescu et Elena Diaconu)



www.rri.ro
Publicat: 2019-02-08 14:10:00
Vizualizari: 127
TiparesteTipareste