« Dialogues secrets » – un nouveau livre d’Ioana Pârvulescu, lauréate du Prix de littérature de l’UE

« dialogues secrets » – un nouveau livre d’ioana pârvulescu, lauréate du prix de littérature de l’ue Pour ce volume, l’écrivaine a choisi 37 auteurs de la « grande bibliothèque du monde », qu'elle a relus comme si c’était la première fois.

Ioana Pârvulescu, lauréate, en 2013, du Prix de littérature de l'UE, vient de publier un nouveau livre : « Dialogues secrets », sorti chez la maison d'édition roumaine Humanitas et best-seller de la Foire internationale du livre de Bucarest Gaudeamus en 2018. Pour ce volume, l'écrivaine a choisi 37 auteurs de la « grande bibliothèque du monde », comme elle se plaît à dire, depuis Homère et Platon jusqu'à Ionesco et Cioran, en passant par Nicolae Steinhardt et Mircea Cărtărescu, et elle a essayé de les relire comme si c'était la première fois. A la fin de ces lectures, Ioana Pârvulescu déclarait avoir été conquise, une fois de plus par les livres de ces auteurs, grâce à leur caractère actuel et à quelques détails qui changent tout. « Le point de départ a toujours été une prière tirée de leurs livres, et le commentaire libre que j'en ai fait passe naturellement de la littérature à la vie. La littérature est l'endroit qui permet à l'intimité de se dévoiler. Dans ce livre, le rideau se lève sur les mots prononcés dans le plus grand secret : les écrivains prient (dans des pages de journal) et les personnages prient (dans le monde de la fiction). Réunis, tous leurs mots les plus sincères et les plus puissants deviennent un spectacle formidable de l'humain, créant des moments empreints de dramatisme » - écrivait Ioana Pârvulescu à propos des « Dialogues secrets ». 


Lors du lancement de ce titre, la critique littéraire Tania Radu en mentionnait deux qualités essentielles : sa délicatesse et sa valeur d'exhortation: « Je voudrais souligner le caractère d'écrivain unique de Ioana Pârvulescu dans la littérature roumaine. Historienne de la littérature, au début, elle a commencé à écrire des essais et ensuite de la prose. A présent, elle pratique tous ces genres à la fois et au même niveau, en créant des liens entre eux. C'est un type d'écrivain très rare, de nos jours. Quant à son nouveau livre, Ioana nous a avertis qu'elle s'était laissé porter par le fil de l'histoire, par le plaisir de raconter. Pour nous, ce n'est pas nouveau. La découverte de ce livre a été pour moi une grande surprise et son titre neutre - « Dialogues secrets » - m'a laissée un peu désemparée, car je savais qu'il s'agissait d'un livre sur les prières des écrivains et de leurs personnages. Je me suis rendu compte, par la suite, que ce titre ne faisait que diluer l'intensité d'une apparition exceptionnelle dans la littérature roumaine actuelle. »      


Bien que la prière soit un moment lyrique ou dramatique, le livre qui en est sorti est essentiellement épique. La vérité, c'est que j'aime raconter - même les livres de ma bibliothèque, même les vies des pauvres gens, les vies des gens héroïques qui les ont écrits - ainsi que leurs dialogues secrets - avouait Ioana Pârvulescu en parlant des « Dialogues secrets » : « J'ai essayé de relire ma bibliothèque personnelle. C'est ce que j'ai fait. J'ai pris des livres de ma bibliothèque personnelle et je les ai relus, sous un autre angle. Jadis, j'ai rêvé de réaliser une anthologie des personnages que tout le monde - critiques et lecteurs - néglige, ces personnages que l'on oublie d'habitude. Et puisque beaucoup de mes étudiants sont présents dans la salle, je prendrais un exemple tiré du roman « L'Enigme d'Otilia » de George  Călinescu. Qui pense à la servante Marina, de « L'Enigme d'Otilia » ? Mon point de départ a donc été cette intention de relire la bibliothèque du monde, en me penchant sur toute sorte de personnages auxquels on ne fait pas attention, mais que l'auteur a mis là parce qu'ils ont leur raison d'être. Généralement parlant, je pense que nous devons relire des livres, mais pour que cette lecture ait un sens, on doit suivre un fil conducteur. Cette fois-ci, pour moi, le fil conducteur était constitué des prières des personnages littéraires. Or, une des prières qui m'a choquée au moment où je l'ai lue est celle de Platon Karataev, de « Guerre et Paix », lui aussi un personnage d'habitude ignoré. Je me suis arrêtée à cette prière quand j'étais étudiante et je ne l'ai pas comprise. C'est de cette petite prière et d'autres semblables que ce livre est né. », expliquait Ioana Pârvulescu.


www.rri.ro
Publicat: 2019-03-18 18:02:00
Vizualizari: 491
TiparesteTipareste