Soutien à l’économie roumaine

soutien à l’économie roumaine Après la dernière réunion gouvernementale, l’exécutif annonce de nouvelles mesures de soutien à l’économie roumaine.

Le gouvernement de Bucarest a adopté jeudi une ordonnance d’urgence afin d’aider les compagnies en difficulté. Le document prévoit deux schémas d’aide aux PMEs pour assurer leur fonds de roulement ou le capital-investissement. Le gouvernement met à leur disposition 15 milliards de lei (soit plus de 3 milliards d’euros). L’Exécutif a également adopté les textes d’application de l’ordonnance d’urgence qui suspend le paiement des mensualités pour les Roumains dans le contexte de la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19. Le ministre des Finances, Florin Cîţu, affirme que la Roumanie dispose des meilleures conditions parmi tous les pays à avoir pris la décision de reporter le paiement des mensualités. Selon le ministre, l’impact de cette décision sur le PIB est estimé à 3%. Le premier ministre Ludovic Orban s’est exprimé au sujet de l’impact de la pandémie sur l’économie, qui se serait déjà contractée de 30%, donc le chômage technique touchera entre 800.000 et 1 million de personnes. Le chef du gouvernement a déclaré qu’il n’était pas l’adepte des mesures d’austérité ni du plafonnement des prix. Ludovic Orban :

 

« Plus de 30% de l’économie est affectée, avec un risque clair de réduction de la croissance économique, des recettes au budget de l’Etat, au budget de la sécurité sociale, et aussi au budget de l’assurance chômage. Les mesures d’austérité non seulement n’ont pas fourni de solution lors de la dernière crise, bien au contraire : elles ont retardé la reprise économique et ont peut-être même approfondi la crise. Il convient de maintenir le pouvoir d’achat de la population, pour assurer la demande. »

 

Parmi les mesures à prendre dans le contexte de la pandémie de Covid-19, le président du Conseil fiscal, Daniel Dăianu, mentionne la suspension des dépenses qui peuvent être ajournées, l’utilisation au maximum des fonds européens, ainsi que de crédits à long terme souscrits auprès d’institutions financières internationales, censés soutenir les investissements et l’activité économique. Dans un article de presse, Daniel Dăianu indique que l’accroissement du déficit budgétaire doit être strictement lié à la lutte contre le Covid-19 et le chômage et à l’appui à certaines activités économiques. Il précise que la Banque centrale peut aider à faciliter les circuits financiers internes et peut assouplir les conditions monétaires (par sa politique monétaire et la gestion des liquidités), mais ne peut pas injecter de liquidités. Il affirme qu’après la fin de la pandémie, il faudra  mettre au point une stratégie pour accroître la robustesse de l’économie, lui assurer des racines durables dans des secteurs de base, dans l’industrie et l’agriculture, « afin de construire un budget public solide, avec des revenus fiscaux qui assurent des biens publics essentiels, et permettent un financement sur mesure de la santé et de l’éducation », a encore ajouté Daniel Dăianu.

                                                                              (Trad. : Ligia)


www.rri.ro
Publicat: 2020-04-03 12:51:00
Vizualizari: 296
TiparesteTipareste