Des précisions concernant la saison électorale

des précisions concernant la saison électorale Les présidents des deux Chambres du Parlement de Bucarest demandent au premier ministre de présenter un rapport sur les mesures prises par le gouvernement pour limiter la propagation du nouveau coronavirus en Roumanie.

« Les seules paroles ne suffisent plus! », s'est exclamé, sur les réseaux sociaux, Marcel Ciolacu, président de la Chambre des députés de Bucarest et chef par intérim du Parti social-démocrate (PSD), principale formation politique de l'opposition. Dans l'opinion de M. Ciolacu, le gouvernement libéral a perdu le contrôle de la crise générée par la pandémie de Covid-19, étant déjà en campagne électorale pour convaincre les Roumains que les élections locales, prévues le 27 septembre, pourront avoir lieu sans aucun risque. L'Exécutif actuel, affirme aussi Marcel Ciolacu, se démène pour amasser des alliances politiques au lieu de s'allier avec les citoyens pour surmonter le pic de la pandémie.De son côté, Robert Cazanciuc, président par intérim du Sénat et collègue de parti politique du chef des députés, invoque l'absence de prévisibilité des politiques du gouvernement, les déclarations contradictoires de certains ministres au sujet des mesures pour limiter l'impact économique et social de la crise sanitaire, ainsi que l'incertitude qui s'est emparée de la vie des gens. M. Cazanciuc a donc envoyé au premier ministre, Ludovic Orban, une lettre où il lui demande de présenter au Parlement un rapport sur les mesures prises par le gouvernement pour bloquer la propagation du nouveau coronavirus, pour assurer la reprise de l'activité d'enseignement au début de la nouvelle année scolaire et pour bien organiser le scrutin local. Les représentants de l'Exécutif avaient déclaré qu'ils examinaient plusieurs scénarios concernant la  nouvelle année scolaire et que l'idée d'un report des élections locales était prématurée.


Mais 2020 est une double année électorale, car il y a aussi un scrutin législatif à venir! Ainsi, le Parlement a-t-il voté que la date de ce scrutin serait décidée, au moins soixante jours avant la tenue du scrutin, non plus par le gouvernement, mais par les élus nationaux, via une loi organique. Le vice-président social-démocrate de la Chambre des députés, Florin Iordache, explique: «Vu que 2020 est une année médicalement, socialement et économiquement complexe, c'est aux majorités parlementaires de fixer la date ! Je crois que c'est beaucoup mieux que de laisser la décision entre les mains d'une seule entité, qui la prenne par arrêté gouvernemental ! » Le chef du groupe des sénateurs libéraux, Daniel Fenechiu, affirme le contraire: « Le gouvernement peut s'adapter parfaitement aux besoins des temps que nous vivons. En fait, tout ce qui vous intéresse c'est de montrer votre pouvoir au Parlement, où vous avez la majorité. »

 

Initié par le PSD, l'Alliance des libéraux et des démocrates (ALDE) et l'Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR), le document adopté au Parlement réduit de moitié le nombre minimum de signatures requis pour soutenir une candidature, et introduit la collecte et le dépôt de candidature en format électronique. Pour entrer en vigueur, la loi devra être promulguée par le chef de l'Etat. (Trad : Ileana Ţăroi)



www.rri.ro
Publicat: 2020-07-28 12:33:00
Vizualizari: 223
TiparesteTipareste