Trois écoliers sur quatre, présents physiquement à l'école

trois écoliers sur quatre, présents physiquement à l'école Plus de deux millions d'écoliers de Roumanie se rendent physiquement à l'école cette semaine.

Les cours se poursuivent cette semaine en Roumanie avec une présence physique permise uniquement dans les établissements où 60 % du personnel enseignant est vacciné, quel que soit le taux d'incidence des infections dans la localité respective. Le ministère de l'Éducation a demandé que cette condition soit éliminée là où le taux d'infection est inférieur à 3 cas par mille habitants, proposition rejetée par le ministère de la Santé pour des « raisons épidémiologiques. » 


Les experts de ce dernier recommandent de respecter les mêmes règles pendant une certaine période de temps afin d'en évaluer les effets avant d'introduire de nouveaux critères. Et pourtant, le ministère de l'Éducation a estimé qu'il était nécessaire d'introduire une manière différenciée de calculer le taux de vaccination. En effet, à l'heure actuelle, les écoles et lycées peuvent rouvrir uniquement en cas de couverture vaccinale d'au moins 60 % du personnel enseignant, même si parmi l'intégralité du personnel de l'établissement, ce critère n'est pas respecté. Même ainsi, il y a près de 5 000 écoles et lycées où les cours se déroulent en ligne et 13 000 autres établissements où les cours ont lieu en présentiel. Dans ce contexte, les autorités annoncent que les élèves et collégiens ainsi que les écoliers des maternelles seront soumis à des tests de dépistage antigéniques non invasifs deux fois par semaine. Ces tests devraient arriver dans les écoles roumaines cette semaine. 


Selon le ministère de la Santé, cette opération serait assez facile à réaliser, aucune formation médicale n'était nécessaire, vu qu'il s'agit de tests salivaires. Le secrétaire d'État au ministère de la Santé, le médecin Andrei Baciu, a souligné que suite à cette opération, les écoles pourraient identifier cas des d'infection au coronavirus parmi les élèves et éviter ainsi la contamination d'autres élèves. Andrei Baciu : « Le dépistage se déroulera effectivement à l'école, conformément à une procédure systématique, la même partout. Les cas positifs seront doublés par un dépistage par la technique RT - PCR ou bien par d'autres tests antigéniques. Cette procédure n'est pas complexe, ni sophistiquée. D'ailleurs, je crois que jusqu'ici tous les Roumains se sont fait tester contre le coronavirus. Donc nous devrons travailler systématiquement, afin de limiter au maximum le nombre de cas d'infection », déclarait Andrei Baciu, secrétaire d'État au ministère roumain de la Santé.


Pourtant, deux importants syndicats de l'enseignement affirment dans un communiqué que les employés du secteur ne devraient pas être obligés d'effectuer des tests de dépistage à l'école et demandent que ceux-ci soient réalisés à la maison, par les familles des élèves. Les syndicalistes demandent au gouvernement d'intervenir d'urgence pour annuler ces consignes qui à leur avis risquent de bloquer l'activité des écoles et lycées et de les transformer en foyers d'infection. Qui plus est, conformément à un sondage réalisé parmi les enseignants de la Fédération des syndicats de l'Éducation Spiru Haret, trois quarts des enseignants ne veulent pas surveiller les élèves alors que ceux-ci effectuent les tests salivaires de dépistage.

(Daniela Budu)




www.rri.ro
Publicat: 2021-11-15 11:28:00
Vizualizari: 141
TiparesteTipareste