Le Courrier des auditeurs du 08/04/2022

le courrier des auditeurs du 08/04/2022 Ligia fait écho à vos messages

Alors que le monde entier a regardé, sidéré et impuissant, les images d’horreur du massacre de Boutcha, en Ukraine, et en général des images de villes détruites dans le pays voisin, Radio Roumanie Internationale a reçu un signe de vie par le message d’un auditeur ukrainien de Kharkiv. Comme vous le savez déjà, cette ville, la deuxième de ce pays, comptait 1,5 millions d’habitants auparavant, et maintenant elle est transformée en ruines. Beaucoup d’habitants ont quitté la ville, et beaucoup de ceux qui sont restés ont trouvé refuge dans les stations de métro. Je ne vous apprends pas de nouveauté en vous disant que Radio Roumanie Internationale a des programmes en ukrainien. De cette ville en ruines, nos collègues de la Rédaction ukrainienne ont reçu un courriel. L’auditeur s’appelle Andriy Novhorodsky, et voici son message : « Bonjour, félicitations ! J’ai écouté RRI en ukrainien. Je vous envoie un enregistrement audio de votre transmission à Kharkiv, en Ukraine. Si le rapport de réception est correct, veuillez m’adresser une carte QSL. » C’est à coup sûr un des bulletins de réception les plus spéciaux que notre station ait reçus, et surtout, nous sommes si heureux que notre auditeur soit en vie ! C’est incroyable qu’il nous écoute depuis une ville bombardée, et qu’il nous écrit même ! Nous le remercions infiniment et souhaitons que la paix revienne en Ukraine et que notre auditeur, comme tous les habitants, puissent retrouver une vie normale. Slava Ukraïnyi ! Vive l’Ukraine !

 

        Bien le bonjour en France à Mme Maguy Roy, du Radio DX Club d’Auvergne et Francophonie, et merci beaucoup pour cette lettre si amicale, dont je cite : « En ces temps effrayants, comment allez-vous ? Votre pays est si proche du conflit russo-ukrainien et vous accueillez tant de détresses, faisant preuve d'humanité, de compassion, de bienveillance, de soutien envers les victimes et les réfugiés ukrainiens. Souhaitons que ce cauchemar se termine bientôt pour le bien de tous. » C’est vrai que les temps sont effrayants ! Nous faisons vœu que tout cela se termine le plus vite possible, car chaque jour apporte de nouvelles atrocités, semble-t-il. « Un GRAND MERCI à Ligia, poursuit Mme Roy, qui a longuement évoqué le message du maire de la commune de Ceyssat relatant l'action de solidarité lancée à l'initiative de sa belle-fille pour l'accueil de réfugiés ukrainiens en Roumanie. » Avec le plus grand plaisir ! L’élan de solidarité avec les Ukrainiens est immense, cela fait plaisir à voir que tout le monde s’est mobilisé. « Cela fait au chaud au cœur, dit encore Mme Roy, en ces moments où l'horreur de la guerre jette sur les routes des millions de personnes, tue des innocents et détruit un pays souverain malgré le courage et la résistance du peuple ukrainien et de son président. Seules la diplomatie et la négociation permettront de trouver la voie de la paix et de la reconstruction. » Continuons d’espérer, mais mercredi, le secrétaire général de l’OTAN déclarait que cela pourrait durer des mois, voire des années. « Cela passera par une réorganisation dans tous les domaines et notamment le domaine énergétique pour l'Union européenne tributaire du pétrole et du gaz russe. Mais la Roumanie ne fait-elle pas exception ?  Lors d'un de vos bulletins quotidiens d'information de la semaine dernière, vous avez évoqué les ressources énergétiques de votre pays. » En effet, la Roumanie est mieux lotie que d’autres pays, comme vous l’avez entendu dire sur nos ondes, et ne prend que peu de gaz de Russie. Merci pour vos questions d’actualité sur les ressources énergétiques de notre pays. Pour ce qui est de l’exploitation du gisement gazier offshore, en mer Noire, il faut savoir que la loi offshore n’est pas prête, et de ce fait, le gisement ne peut pas être exploité. « MERCI beaucoup pour vos émissions toujours très intéressantes, au plus près de l'actualité et pour l'attention portée à nos demandes, dit encore notre auditrice. Bon courage en cette période si noire. Gardons espoir et confiance ! » Merci à vous, Mme Roy, et à bientôt de vous lire !

 

        Je salue maintenant notre ami Jacques Augustin, toujours de France, qui nous écoute et nous écrit beaucoup, ce qui ne peut que nous réjouir. Voici ce qu’il nous disait il y a peu : « Avec la guerre en Ukraine et des pourparlers semble-t-il vers une avancée sensible, je pense qu'un sommet Poutine-Zelensky pourrait faciliter la paix. » En tout cas, les dernières informations sur les négociations de paix semblaient sur la bonne voie. « J'observe, dit Jacques, la solidarité de la Roumanie envers les réfugiés ukrainiens avec la plus grande attention. Mais un tel flux reste difficile à gérer, comme vous le soulignez, et je crois que les Ukrainiens ont besoin de soins médicaux. » Tous ceux qui en sont besoin sont pris en charge par les hôpitaux roumains. « Le nombre de réfugiés ukrainiens accueillis – 600 000 – poursuit Jacques, m'impressionne et je crois en la générosité des Roumains pour les aider dans leurs démarches et pour trouver une activité. » Les Roumains les ont accueillis à bras ouverts, et ils ont accès sans discrimination à des études de tous les niveaux, et à l’emploi. « Mais au moins séjournent-ils dans un pays en paix loin des bombardements. Cela m'apparaît vital pour les femmes et surtout les enfants. La musique traditionnelle invitait à chanter alors que RRI Alternatives soutenait la francophonie et les activités de l'Institut Français de Timişoara. Mais combien de Roumains étudient le français sur les bancs de l'école ? » Merci aussi pour cette question, nous ferons des recherches et vous donnerons une réponse.

 

        Notre ami algérien Nouari Naghmouchi nous envoie une réflexion à propos de la guerre qui sévit dans le pays voisin : « La guerre est un endroit où les jeunes qui ne se connaissent pas, et ne se détestent pas, s’entretuent, par décision de vieux qui se connaissent, et se détestent, mais ne se tuent pas. » C’est tout à fait cela, malheureusement.

 

        Nous revenons en France et je salue chaleureusement Gilles Gautier, président du Radio Club du Perche, qui nous adresse non pas un, mais trois rapports d’écoute accompagnés de ces mots : « Un régal à chaque fois d’entendre ces morceaux de musique traditionnelle, car ils sont souvent très rythmés et très agréables à écouter. Il n’y a qu’un petit souci, vous ne donnez pas le titre de la chanson en français, ce serait un plus. » Cher Gilles, nous sommes ravis que tu aimes la musique que nous passons à l’antenne. Nous ferons un effort pour traduire les titres ; toutefois, je te signale que certains sont dans des parlers parfois très régionaux, voire archaïsants, difficiles à comprendre. « J’ai bien aimé le violoniste, poursuit Gilles, j’adore le violon et le piano, un de mes regrets de ne pas avoir appris un de ces instruments et maintenant à la retraite j’ai encore moins de temps (hihihihi), j’ai trop d’occupations. » Eh bien, nous te souhaitons de pouvoir toutes les assurer tour à tour ! Bien noté ta question, merci. Meilleures pensées à Agnès.

 

        Paul Jamet, de France, nous adresse beaucoup de courrier, comme à l’accoutumée. Dans ses derniers courriels en date, je lis : « J'ai reçu 5 superbes cartes QSL de la série Oradea ; je vous adresse tous mes remerciements pour avoir pris le temps de rédiger ces cartes QSL malgré tout le travail que vous avez à assurer au fil des jours, particulièrement en ce moment. » C’est avec grand plaisir, Paul ! « Je crois vous en avoir déjà parlé mais pourquoi ne pas faire appel à un(e) étudiant(e) qui étudie le français et qui pourrait venir vous épauler dans cette tâche de relations avec les auditeurs comme le font d'autres stations internationales ? Une décision qui relève de la Direction de RRI mais qui mériterait je pense d'être prise en considération. » Nous en avons déjà parlé ensemble une autre fois. Plusieurs années auparavant, il y avait beaucoup d’étudiants qui venaient à la rédaction, et qui nous demandaient de leur donner des textes à traduire et à lire au micro pour améliorer leur français. Ils avaient un très bon niveau de langue, et c’était une vraie joie de les avoir ici. Par la suite, plus personne n’est venu. Des années sont passées ainsi. Nous sommes alors allés vers l’Université, avons demandé si quelqu’un voulait venir, mais plus personne n’était intéressé. Maintenant, nous avons plusieurs personnes qui postulent, mais c’est pour des traductions et des lectures, pas pour écrire les cartes QSL, qui sont en attente. En tout cas, nous sommes très contents de ce que ces personnes aient vraiment un bon niveau et qu’elles souhaitent collaborer avec nous. Charlotte, qui veut toujours rendre service, apprend à s’occuper de l’enregistrement du courrier et de traiter les cartes QSL. Vous en recevrez sous peu. « Je pense que Philippe Marsan vous informera à propos de la Bourse de Radiofil à Château du Loir. » C’est chose faite, et Valentina en a parlé dans le Courrier précédent. Nous apprenons que Philippe Marsan a rédigé un article qui va paraître dans le prochain numéro d'ANTENNES du Perche ; Joël Touchard et Paul Jamet ont fourni les photos ; Paul a assuré la mise en page ... Bref, c'est un travail collectif. « Nous avons finalisé, poursuit Paul, un article d'une page illustré de photos de surprenants et très beaux postes à galène, article que Guy Le Louët doit intégrer dans le numéro d'ANTENNES du Perche actuellement en préparation et qui sera publié début mai. » Il nous tarde de lire l’article ! « Je reviens vers vous suite à votre courrier contenant les 5 QSL ... Une enveloppe magnifiquement timbrée ce qui plaît beaucoup au philatéliste que je suis. Merci. L'un des timbres rend hommage à Sofia Ionescu-Ogrezeanu et l'autre à Victor Brauner. Je vous invite à présenter ces Roumains célèbres ... » Nous sommes très contents que les timbres vous aient plu. Et merci pour la question, bien notée.

        

       


www.rri.ro
Publicat: 2022-04-08 14:51:00
Vizualizari: 247
TiparesteTipareste