Les étangs de la rivière Jijia

 les étangs de la rivière jijia A quelques kilomètres seulement au nord-est de la ville de Iaşi, en Moldavie, s’étend une vaste superficie d’eau parsemée d’îles de roseaux et de jonc...

 

A quelques kilomètres seulement au nord-est de la ville de Iaşi, en Moldavie, s’étend une vaste superficie d’eau parsemée d’îles de roseaux et de  jonc. Il s’agit d’une réserve naturelle abritant d’importantes populations d’oiseaux appartenant à des espèces protégées. Il y a 45 ans, personne n’aurait pensé que cette région allait devenir un paradis des oiseaux et des pêcheurs. C’est en ’70 qu’on  a eu l’idée d’y aménager une ferme piscicole et la zone est devenue, peu à peu, un petit delta de la Moldavie.

 

Attirés par le poisson des marais, les oiseaux ont massivement peuplé la zone humide de la rivière Jijia et ils ont proliféré, de sorte qu’actuellement la moitié des espèces recensées en Roumanie s’y retrouve.

 

Nous écoutons Gheorghe  Huianu, qui assure la gestion de la ferme piscicole:  « A proximité du village de Larga Jijia se trouve un site Natura 2000 appelé « Les étangs des rivières Jijia et Milet ». La ferme piscicole s’étend sur 1250 hectares, dont 820 recouvertes d’eau. C’est la zone la plus belle, située à 24 km de la ville de Iaşi. Parmi les espèces de poisson que nous élevons, il y tout d’abord celles autochtones : la carpe, le carassin, le silure, le brochet, la perche. Nous avons également des espèces asiatiques – notamment la carpe chinoise. Les oiseaux spécifiques des zones humides sont nombreux ; les cygnes sont, parmi tous, les plus beaux et les plus gracieux. Je crois qu’il y en a actuellement 300 – et si l’on compte aussi les petits, on peut arriver à 600. Ce site compte 257 espèces, dont 150 environ nichent dans la zone. Ce site est pratiquement le laboratoire de recherche de l’Université « A.I.Cuza » de Iași. Les étudiants et les  doctorants en ornithologie s’y rendent pour observer, pour étudier les oiseaux. A part les cygnes, il y a des canards et des oies sauvages, mais aussi des espèces nuisibles, comme les cormorans. Cette année nous avons enregistré des pertes d’alevin d’environ 80% dues aux cormorans. »

 

Cette aire protégée abrite une des plus grandes colonies de hérons de Roumanie, ainsi qu’une espèce nicheuse extrêmement rare, la Gorgebleue à miroir. Les étangs de la rivière Jijia abritent également une colonie de barges à queue noire, oiseaux de la famille des bécassins. Cette espèce n’est à rencontrer en Roumanie que dans la plaine de l’ouest du pays.  « A part les pélicans, toutes les espèces d’oiseaux vivant en milieu aquatique y sont présentes.

On y voit tous les jours des exemplaires de presque toutes ces espèces. Nous avons la deuxième grande colonie de spatules, après celle qui existe dans le delta du Danube. Les spatules sont de beaux oiseaux blancs. Des fois, si l’on regarde au ras de l’eau, de loin elles ressemblent à des tâches blanches disséminées sur de grandes surfaces mesurant 3 ou 4 hectares, car elles forment des colonies. Elles ont un charme à part… » 

 

Ce site est vraiment un lieu de détente : l’atmosphère y est tranquille et l’air pur, c’est pourquoi ceux qui gèrent le lac cherchent des moyens de mettre à profit son potentiel touristique.  (Trad. : Dominique)


www.rri.ro
Publicat: 2013-11-04 13:50:00
Vizualizari: 373
TiparesteTipareste