07.11.2019 (mise à jour)

 07.11.2019 (mise à jour) Le rythme de croissance de l’économie roumaine va légèrement augmenter en 2019, jusqu’à 4,1% du PIB/Ces vendredi, samedi et dimanche, les Roumains de l'étranger sont attendus aux urnes pour le premier tour du scrutin présidentiel

Prévisions – Le rythme de croissance de l’économie roumaine va légèrement augmenter cette année, jusqu’à 4,1% du PIB, mais il va baisser à 3,6% en 2020 et à 3,3% en 2021. C’est ce que révèlent les prévisions économiques de l’automne 2019, rendues publiques jeudi par la Commission européenne. Par ailleurs, on attend une diminution de la consommation privée, qui restera quand même le principal moteur de croissance dans l’intervalle de référence, au fur et à mesure que les revenus disponibles continueront à être soutenus par une politique fiscale expansionniste et par une croissance solide des salaires, affirme l’Exécutif communautaire. La Commission européenne s’attend à ce que les pressions inflationnistes en Roumanie baissent de 4, 1% en 2018 à 3,9% en 2019 et qu’ en 2020 elles rentrent dans l’intervalle visé par la Banque centrale du pays, à savoir 2,5% plus ou moins un point de pourcentage. L’Exécutif communautaire met en garde contre le fait qu’en 2019 le déficit budgétaire augmentera jusqu’à 3,6%, suite aux majorations significatives des salaires dans le secteur public. Ce déficit va s’accroître sensiblement les deux années à venir aussi, devant se situer à respectivement 4,4% et 6,1% du PIB, en raison de la majoration des pensions de retraite, adoptée à l’été 2019, souligne la Commission européenne.

 

Elections – Ces vendredi, samedi et dimanche, les Roumains qui habitent hors des frontières du pays sont attendus à choisir qui sera le président de la Roumanie pour les 5 années à venir. Tant le premier que le second tour du scrutin présidentiel se dérouleront dans les bureaux de vote de l’étranger le long de trois jours. Le premier tour du scrutin commence vendredi à midi, heure locale, et s’achèvera dimanche dans la soirée. Le deuxième tour du scrutin est prévu du 22 au 24 novembre. Les Roumains qui habitent à l’étranger qui se sont inscrits préalablement enligne peuvent exercer leur droit de vote par correspondance. Aux dires du président de l’Autorité électorale permanente (AEP), Constantin Florin Mituleţu-Buică, les élections présidentielles de cette année sont les plus chères jamais organisées par la Roumanie. Sur une allocation budgétaire de 150 millions d’euros, 50 millions sont destinés au vote des Roumains qui habitent à l’étranger. Afin d’éviter que ceux-ci soient obligés à patienter pendant de nombreuses heures dans d’immenses files d’attente, comme ce fut le cas dans ces dernières années, 835 bureaux de vote ont été aménagés, soit le double par rapport au scrutin précédent. En Roumanie, les citoyens à droit de vote pourront voter uniquement le long d’un seul jour, à savoir le 10 novembre pour le premier tour et le 24 novembre pour le second. 14 candidats sont en lice pour la plus importante fonction de l’Etat roumain, certains sont soutenus par des partis parlementaires, d’autres par des formations politiques extraparlementaires et d’autres encore sont indépendants.

 

Gouvernement – Le nouveau premier ministre roumain, Ludovic Orban, a participé jeudi à la reprise des mandats de plusieurs de ses ministres. Il s’agit du ministre de la Santé, de celui de l’Education et de la Recherche, de celui des Travaux publics du développement et de l’administration, du ministre de l’Environnement et des forêts et des titulaires des portefeuilles du Travail et de la Culture. Le nouveau ministre de la Santé, Victor Costache a souligné que le budget est insuffisant pour boucler l’année. Parmi ses priorités figure surtout l’organisation du concours d’admission à l’internat en médecine ce 8 novembre, conformément aux décisions adoptées avec les représentants des étudiants. La ministre de l’éducation nationale, Monica Anisie affirme qu’elle souhaite de la transparence dans la prise des décisions et l’adoption de mesures au bénéfice des jeunes. Enfin, Ion Stefan a déclaré que la priorité de son mandat à la tête du ministère des Travaux publics, du développement et de l’administration est le développement du réseau de distribution du gaz en Roumanie.

 

Protestations – Les mineurs des charbonnages de Paroseni et Uricani, dans le centre-ouest de la Roumanie, ont suspendu leurs protestations démarrées il y a 11 jours, lorsqu’ils s’étaient retranchés dans le souterrain. Ils attendent pourtant que les promesses du nouveau cabinet libéral de Ludovic Orban relatives à la solution de leurs problèmes se concrétisent. L’Exécutif a débattu mercredi et donné une première lecture à un décret portant protection sociale des mineurs licenciés. Il s’agit de l’octroi d’un revenu mensuel deux ans durant et de la prise en compte de cette période en tant qu'ancienneté au travail. Selon les syndicalistes, c’est la protestation des mineurs la plus longue de ces 15 dernières années. Les deux charbonnages font depuis la fin 2017 l’objet d’un programme de fermeture progressive et d’écologisation. Par ailleurs, des dizaines d’ouvriers de la mine de sel d’Ocna-Dej (nord-ouest) se sont retranchés dans le souterrain dénonçant le fait de ne pas avoir reçu des tickets de vacances. Pour cette même raison, la production de sel a été arrêtée depuis une semaine dans plusieurs mines de sel de Roumanie.

 

Météo – Dans le prochain intervalle de 24 heures, il fera plus chaud qu’à l’accoutumée pour cette période de l’année, surtout dans le sud-est. Le ciel sera couvert sur la plupart du territoire et il pleuvra dans l’ouest, le centre et dans les régions de montagne. Les températures maximales iront de 14° à 24°.


www.rri.ro
Publicat: 2019-11-07 19:13:00
Vizualizari: 141
TiparesteTipareste