Un relâchement improbable

un relâchement improbable La quatrième étape de relâchement des restrictions qui devait être appliquée à partir du 1er juillet pourrait être reportée à cause de l’évolution épidémiologique défavorable.

Le Groupe technique et scientifique mis en place par le gouvernement de Bucarest propose de reporter la quatrième étape de mesures d'assouplissement des restrictions qui aurait dû être mise en place à partir du 1er juillet. Cette proposition intervient sur fond de flambée du nombre des cas de Covid-19 ces derniers jours en Roumanie, y compris à cause du fait que de nombreux Roumains continuent d'ignorer les règles de protection sanitaire. Le nombre des nouveaux cas d'infection enregistrés toutes les 24 heures est toujours supérieur à celui des malades guéris, ce qui signifie que les hôpitaux roumains sont de plus en plus chargés. Le nombre de malades en soins intensifs ainsi que des décès est également à la hausse. 


Dans une interview télévisée sur la chaine Digi 24, le ministre de la Santé, Nelu Tataru, a évoqué une évolution défavorable ces deux dernières semaines qui a poussé le Groupe d'appui technique et scientifique à reporter une nouvelle étape d'assouplissement des restrictions imposées pour combattre l'épidémie de coronavirus. Nelu Tătaru: « Ces deux dernières semaines, nous avons enregistré une croissance du nombre de nouveaux cas, deux semaines durant lesquelles le nombre de malades en soins intensifs a augmenté, tout comme celui des décès. Les spécialistes du Groupe technique nous conseillent de reporter les mesures de relâchement qui étaient prévues initialement pour le 1er juillet. A l'heure où on parle, nous avons à faire à un nombre accru de nouveaux cas et c'est pourquoi on a décidé au niveau du Groupe technique de reporter la 4e étape des mesures de relâchement. Nous évaluons chaque jour, chaque semaine, toutes les deux semaines la situation et dans la mesure où celle-ci deviendra favorable, nous envisageons aussi une autre série de mesures d'assouplissement. Mais vu qu'il existe cette transmission communautaire accentuée, nous envisageons d'imposer ponctuellement des restrictions locales, d'isolation d'un foyer et d'institution de la quarantaine dans une région », a déclaré Nelu Tataru.


Une décision finale devrait être adoptée mercredi par l'exécutif de Bucarest. Et c'est également pour mercredi qu'une réunion du cabinet a été annoncée avec à l'ordre du jour un nouveau plan de mesures visant à faire respecter les règles contre la pandémie de COVID-19. Le premier ministre libéral Ludovic Orban, qui a mis en garde sur les précautions qui s'imposent en raison de l'évolution de l'épidémie ces derniers jours, a convoqué les ministres et les responsables gouvernementaux en charge de l'Intérieur, de la Santé, de la Police roumaine et d'autres institutions de l'Etat. Par ailleurs, le Comité national des situations d'urgence a déjà décidé de sanctionner les organisateurs d'activités et d'évènements qui ne respectent pas les règles de sécurité sanitaire par la suspension de l'autorisation de fonctionnement. 


Entre temps, les épidémiologistes mettent en garde que si les règles de prévention sont toujours ignorées, le nombre des nouveaux cas pourrait continuer d'augmenter. Jusqu'ici sur le territoire de la Roumanie, selon les chiffres officiels, plus de 26.500 personnes ont été infectées au nouveau coronavirus. La ville de Suceava, dans le nord-est est, est en première position pour ce qui est du nombre de cas confirmés, suivie par la Capitale, Bucarest, et par Brasov, dans le centre. Sur les personnes infectées, quelque 19.000 ont été déclarées guéries et ont pu quitter les hôpitaux. Le bilan meurtrier de la Covid-19 fait état de 1.600 décès en Roumanie. 


www.rri.ro
Publicat: 2020-06-30 12:39:00
Vizualizari: 357
TiparesteTipareste