RRI Live!

Écoutez Radio Roumanie Internationale en direct

Le documentaire « Amar», primé à Astra Film Festival

Le documentaire « Amar » raconte les histoires de plusieurs individus issus d'un milieu défavorisé, en proie aux addictions, ayant vécu dans la rue ou derrière les barreaux des prisons européennes.

“Amar”, un documentar premiat la Astra Film Festival
“Amar”, un documentar premiat la Astra Film Festival

, 23.03.2024, 11:23

Passer de derrières les barreaux à derrière la caméra 

Le documentaire « Amar» de Diana Gavra a remporté le Prix pour les Nouvelles perspectives lors de l’édition 2023 du Festival Astra Film de Roumanie. Le film se penche d’une manière courageuse et intime sur un groupe de pickpockets pour qui le vol est un véritable « mode de vie ». La réalisatrice Diana Gavra offre à ses protagonistes suffisamment d’espace pour qu’ils arrivent à vivre en toute sincérité leur vie compliquée, en encourageant le spectateur à voir au-delà des clichés et des stéréotypes. Le personnage principal du film est Amar Răducanu, un jeune homme d’ethnie rom que la réalisatrice, Diana Gavra, a rencontré en 2021 alors qu’il lui avait volé  une enveloppe pleine d’argent. Diana a porté plainte au commissariat et les policiers ont identifié le jeune voleur sur les images enregistrées par les caméras de vidéosurveillance. A peine sorti de prison où il a purgé une peine pour vol, Amar a proposé à Diana de lui restituer l’argent à condition que celle-ci retire sa plainte. Sauf que la réalisatrice s’est rendue compte que pour remplir sa part du marché, le jeune homme aurait dû voler l’argent à quelqu’un d’autre. Pour éviter ce scénario, elle a proposé à Amar de retirer sa plainte à condition qu’il accepte de jouer dans son film documentaire. C’est comme cela que la collaboration entre les deux a commencé. Il convient de préciser que Diana Gavra était non seulement réalisatrice, mais aussi avocate, professeure des universités à l’Ecole nationale des études politiques et administratives, SNSPA et avait un doctorat ciblé sur l’Intégration des Roms. D’où son intérêt pour la vie d’Amar. Faire un film qui lui soit consacré a représenté un vrai défi, notamment parce qu’elle s’est vu obligée d’entrer en contact avec un monde totalement inconnu. Diana Gavra :

« J’ai voulu que ce film mette le projecteur sur un monde totalement inconnu auquel j’arrive à attribuer une perspective humaine. J’ai voulu regarder tous ces jeunes tels qu’ils sont en réalité, avec leurs problèmes, leurs sentiments, leurs émotions, leurs désirs et leurs frustrations. Tout au long d’une année de tournage, je les ai observés  en train de participer à des mariages, des baptêmes, des enterrements, j’ai été témoin de tout ce qui est arrivé à Amar, à sa famille et à leurs proches. Or, leur réalité est différente de la nôtre. Nous vivons dans une bulle et nous avons l’impression que tout le monde pense comme nous et que voilà, s’entendre les uns avec les autres est très facile. Or, mon monde à moi et celui d’Amar arrivent à entrer en contact seulement en cas de conflit. Ce fut le cas en 2021 quand il a volé mon argent et que moi, j’ai déposé plainte au risque de le voir condamné à des années de prison. Mais, en réalité, nous ignorons complètement la manière dont ces gens vivent et eux non plus, ne savent pas à quoi nos vies ressemblent. Ils ignorent aussi les perspectives de vie différentes qu’ils pourraient avoir. C’est la principale raison pour laquelle j’ai décidé de faire ce film, pour projeter une nouvelle lumière sur leur univers et sur le nôtre aussi, tout en soulevant des problèmes de responsabilité sociale. Comme mon documentaire le montre, même s’il est né à Bucarest, au cœur de la ville, rue Episcop Radu, près de l’Avenue Mosilor, Amar est analphabète. Or, en Roumanie, nous menons des débats au sujet de l’analphabétisme fonctionnel et nous exprimons notre inquiétude face à la propagation de ce phénomène. Amar ne sait même pas écrire son prénom. Or moi, je n’arrête pas de me poser la question :  comment cela est-il possible qu’un enfant né au cœur de Bucarest, en 1986, soit complètement délaissé ? Il est vrai que sa famille ne l’a pas inscrit à l’école, que l’éducation ne représente pas un repère pour ses parents, mais pourquoi la société n’a rien fait pour lui ? Je me dis que les statistiques devraient mentionner que cet enfant n’a jamais fréquenté les bancs d’une école. N’avons-nous pas une responsabilité envers ces gens ? A l’époque de Chat GPT, comment se fait-il qu’un jeune comme Amar ne sache même pas écrire son nom ? »

Pour Amar c’est plus qu’un film, c’est un autre monde

Le documentaire « Amar » raconte les histoires de plusieurs individus issus d’un milieu défavorisé, en proie aux addictions, ayant vécu dans la rue ou derrière les barreaux des prisons européennes. Parmi eux, certains sont des causes perdues, d’autres se sont rattrapés et ont fini par s’intégrer au sein de la société. Au moment où il a fait la connaissance de Diana Gavra, Amar Răducanu avait 35 ans dont 13 passées en prison. La proposition de la réalisatrice a complètement changé sa vie, affirme-t-il :

« Vous vous rendez compte que ce film m’a aidé à sortir de mon monde, ce monde criminel que j’aimerais bien quitté. J’ai une famille, j’ai des enfants, je ne veux plus retourner en prison, j’en ai marre de passer ma vie en taule. Je veux mener une vie meilleure, je veux avoir un toit. Et la proposition de Diana Gavra est tombée au bon moment pour me faire découvrir un univers que je ne connaissais pas du tout. Et j’aime bien cet autre monde. Dans un premier temps, quand le tournage a commencé, j’ai eu du mal à m’habituer à la caméra. Mais, petit à petit, cela a fini par me plaire et tous comme les autres protagonistes, j’ai compris comment me comporter devant la caméra ».

Le documentaire AMAR est produit par Pintadera Film et Pro Omnia Cinéma, avec le soutien du Centre national de la Cinématographie. Le directeur de la photographie est Marius Panduru et le montage porte la signature de Eugen Kelemen et Monica Pascu. (Trad : Ioana Stancescu)

Afișul filmului „Trei kilometri până la capătul lumii”
Espace Culture samedi, 15 juin 2024

Créé en 2010, ce prix est attribué à un long-métrage qui aborde des personnages ou une thématique LGBTQ, une production mémorable qui reflète...

„Băieții buni ajung în Rai”, un nou film de Radu Potcoavă
Espace Culture samedi, 08 juin 2024

Nouveaux rôles au cinéma pour Bogdan Dumitrache

Bogdan Dumitrache, un des acteurs les plus talentueux et les plus primés de la nouvelle vague du cinéma roumain, est le protagoniste de deux films...

Nouveaux rôles au cinéma pour Bogdan Dumitrache
L’Exposition DAR
Espace Culture samedi, 01 juin 2024

L’Exposition DAR

Le Musée national d’histoire de Roumanie vient d’inaugurer à Bucarest une nouvelle exposition – « DAR – Dons, rachats, récupérations,...

L’Exposition DAR
„Galeria terapiilor” pentru copiii cu nevoi speciale
Espace Culture samedi, 25 mai 2024

« La Galerie des thérapies »

Nous sommes à Brasov, dans le centre de la Roumanie, pour découvrir un événement pas comme les autres, censé attirer l’attention sur les...

« La Galerie des thérapies »
Espace Culture samedi, 18 mai 2024

Le musée de Sighişoara

Sighișoara est une des villes de Roumanie à avoir réussi à préserver un centre-ville médiéval attractif. Son nom est lié à celui du prince...

Le musée de Sighişoara
Espace Culture samedi, 11 mai 2024

« Horia » – premier long-métrage d’Ana-Maria Comănescu

« Horia », premier long-métrage de la réalisatrice roumaine Ana-Maria Comănescu « Horia », premier long-métrage de la réalisatrice roumaine...

« Horia » – premier long-métrage d’Ana-Maria Comănescu
Espace Culture samedi, 04 mai 2024

L’exposition installation « Résurrection » de l’artiste Eugen Raportoru

Cette année, durant les mois d’avril et de mai, marqués par les fêtes pascales catholiques et orthodoxes, la Galerie d’art CREART de Bucarest...

L’exposition installation « Résurrection » de l’artiste Eugen Raportoru
Espace Culture samedi, 20 avril 2024

« Le Cas de l’ingénieur Ursu » – un documentaire sur la quête de la justice

Gheorghe Ursu a été tué dans les cellules de la Securitate (l’ancienne police politique communiste) après avoir contesté la décision de...

« Le Cas de l’ingénieur Ursu » – un documentaire sur la quête de la justice

Partenaire

Muzeul Național al Țăranului Român Muzeul Național al Țăranului Român
Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS
Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online
Institului European din România Institului European din România
Institutul Francez din România – Bucureşti Institutul Francez din România – Bucureşti
Muzeul Național de Artă al României Muzeul Național de Artă al României
Le petit Journal Le petit Journal
Radio Prague International Radio Prague International
Muzeul Național de Istorie a României Muzeul Național de Istorie a României
ARCUB ARCUB
Radio Canada International Radio Canada International
Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti” Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti”
SWI swissinfo.ch SWI swissinfo.ch
UBB Radio ONLINE UBB Radio ONLINE
Strona główna - English Section - polskieradio.pl Strona główna - English Section - polskieradio.pl
creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti
italradio italradio
Institutul Confucius Institutul Confucius
BUCPRESS - știri din Cernăuți BUCPRESS - știri din Cernăuți

Affiliations

Euranet Plus Euranet Plus
AIB | the trade association for international broadcasters AIB | the trade association for international broadcasters
Digital Radio Mondiale Digital Radio Mondiale
News and current affairs from Germany and around the world News and current affairs from Germany and around the world
Comunità radiotelevisiva italofona Comunità radiotelevisiva italofona

Diffuseurs

RADIOCOM RADIOCOM
Zeno Media - The Everything Audio Company Zeno Media - The Everything Audio Company