RRI Live!

Écoutez Radio Roumanie Internationale en direct

Le Festival national de Théâtre de Bucarest

Chaque année, à l’occasion du Festival national de Théâtre de Bucarest, le public roumain présent en salle se voit proposer aussi quelques spectacles de danse contemporaine. Cette année, le Festival a même repoussé d’une journée sa clôture pour pouvoir inviter sur scène, en fin d’édition, la célèbre compagnie néerlandaise Nederlands Dans Theater. Un véritable régal qui a mis débout la salle archipleine du Théâtre national de Bucarest.





Venue en Roumanie pour présenter au public sa création « Moeder », « La Mère », Gabriela Carrizo, co-fondatrice aux côtés de Franck Chartier de la compagnie belge Peeping Tom, a tenu à préciser que ce spectacle est la seconde partie d’une trilogie ayant débuté en 2014, avec « Vader » (Le Père) avant de continuer, en 2019, avec «Kind» (L’Enfant). Reconnue pour son style original, avec cette touche personnelle qui fait toujours la différence, Gabriela Carrizo se sert du corps et de ses mouvements pour créer un fort impact émotionnel sur les spectateurs, leur présentant de nouvelles perspectives sur les thèmes qu’elle aborde. Dans ses spectacles, le décor joue un rôle essentiel, comme l’affirme la chorégraphe elle-même dans une interview en exclusivité pour RRI.

Le Festival national de Théâtre de Bucarest
Le Festival national de Théâtre de Bucarest

, 17.11.2018, 13:46



Gabriela Carrizo : « Pour ce spectacle, j’ai pris comme point de départ l’absence de la mère, sa mort. J’ai voulu prendre mes distances par rapport à l’idée de famille, de maternité, pour me concentrer plutôt sur les liens forts que chacun d’entre nous développe avec sa mère, sur ce qu’être mère signifie et sur ce que la perte d’une mère suppose. L’espace me sert de musée. On pourrait en faire une sorte d’antichambre, quoiqu’il soit plutôt un endroit censé permettre de nous exposer progressivement avant d’en faire un chez soi. Pour cela, j’ai demandé à mes danseurs d’apporter des photos d’enfance, avec leurs mamans, de me raconter des anecdotes… L’idée autour de laquelle gravite mon spectacle est qu’en l’absence d’une mère, on est toujours enclin à faire revivre ses souvenirs d’enfance. Et du coup, l’espace devient très important, puisqu’il nous permet de faire marche arrière dans notre passé. J’ai fait construire sur scène un espace clos, avec un mur en verre, qui ressemble aussi bien à un studio d’enregistrement qu’à une couveuse pour les bébés. Que ça soit l’une ou l’autre, les deux idées ont quelque chose en commun: elles permettent d’y exposer des choses, de regarder à l’intérieur, tout en restant à distance. Voilà la façon dont j’ai imaginé mon spectacle. Une construction qui tourne autour de plusieurs espaces, censée provoquer des changements de perspective au fond de nous-mêmes. »





Après avoir quitté la Roumanie à l’âge de 12 ans à destination du Canada où elle a obtenu une bourse de l’Ecole canadienne de danse, la danseuse et la chorégraphe Ana Maria Lucaciu vit actuellement aux Etats-Unis. Revenue dans son pays natal à plusieurs reprises pour revoir sa famille et ses amis, elle a dansé, cette année, en première devant le public roumain. L’occasion pour elle de faire connaître aux spectateurs de Roumanie son premier spectacle dont elle a signé la chorégraphie: « Slightly Off Stage » (Des désaccords en dehors de la scène), réalisé en collaboration avec Nathan Grisworld.



Ana Maria Lucaciu : « J’ai senti dernièrement au fond de moi des choses que j’aurais bien voulu exprimer. La danse contemporaine, telle qu’elle se fait actuellement dans le monde, ne me représente pas. Du coup, je me suis laissé inspirer plutôt par les formations de clown auxquelles j’ai participé. Ces ateliers offrent aux participants la chance de se découvrir eux-mêmes, ils révèlent tout ce qu’il y a d’humain ou d’inhumain au fond de nous. J’ai donc essayé de faire le clown à travers la danse, en partant des prémisses absurdes qu’on pourrait argumenter nos réponses en disant tout simplement à nos interlocuteurs « eux, ils m’ont dit que… » ou bien « eux, ils l’ont fait », sans préciser de qui on parle. Comme si « eux », c’étaient les chefs de la scène, des personnes haut placées qui nous commandent. Et du coup, tout serait à l’envers, plus rien ne se passerait normalement. J’ai bien aimé l’idée que nous, sur scène, on est obligés de se soumettre à une force extérieure qui dispose de nous ».





Lors de la 28ème édition du Festival national de théâtre, la Roumanie a figuré dans la section de danse avec le spectacle « La célébration/To_R » réalisé par le chorégraphe Pal Frenak au Studio M de Sfantu Gheorghe.



Sa directrice, Imola Marton, affirme : « Pal Frenak est venu me dire qu’il souhaiterait construire un spectacle fondé sur l’idée d’une célébration imaginaire qui pourrait être aussi bien celle de la mort de quelqu’un qu’un mariage… Le spectacle est donc créé à la frontière entre la réalité et l’imagination et il surprend différents types de relations entre les individus: la solitude, l’incapacité d’avoir des rapports normaux avec les autres ou avec soi-même, les conflits, l’amour… Il emmène le spectateur à travers plusieurs états d’âme propres à une célébration de ce type. Pal Frenak produit des images à même de faire naître des sentiments. C’est pourquoi le spectacle n’a pas une histoire explicite, mais il se veut plutôt une expérience lyrique et visuelle. »





Comme on disait en début d’émission, l’édition 2018 du Festival national de théâtre s’est clôturée par un spectacle de danse de la célèbre compagnie néerlandaise Nederlands Dans Theater, NDT en abrégé. Leur présence à l’affiche de cette 28ème édition du FNT a été un événement non seulement pour le public roumain, mais aussi pour les danseurs de cette troupe.



Le chorégraphe, Paul Lightfoot, a précisé au micro de RRI : « Cela fait 12 ans que je n’ai plus visité la Roumanie. Or, de retour dans votre pays, j’ai voulu faire la preuve de la diversité de notre travail, de nos capacités caméléonesques de danseurs et producteurs, car tous nos spectacles sont créés par nous-mêmes. »





La NDT a présenté quatre spectacles : « Shoot the Moon » – « Tue la Lune » de Sol Leon et Paul Lightfoot, « Woke Up Blind » – « Réveil aveuglé » de Marco Goecke, « The Statement » – « La Déclaration » de Crystal Pite et « Vladimir » de Hofesh Shechter.





Le directeur artistique de la compagnie, Paul Lightfoot, précise : « Tue la Lune est une création où moi et Sol, on s’est servi de la musique de Philip Glass et on a créé un décor proche de celui d’une pièce de théâtre. Le spectacle invite à une réflexion sur les relations, sur la solitude au sein des couples. On parle de l’isolement, de la claustrophobie, mais aussi des libertés, des rêves… Le spectacle de Marco Goecke est une folie, un vrai manifeste du mouvement physique. Vous serez surpris par la vitesse et la méticulosité de cette danse. Elle est éblouissante, d’autant plus qu’elle a été créée en très peu de temps, sur une musique de Jeff Buckley. Crystal Pite est une créatrice très intelligente. Elle a écrit une pièce de théâtre en collaboration avec Jonathon Young, un écrivain très doué, et elle a transformé par la suite le texte en un spectacle de danse avec 4 danseurs qui ont joué chacun un rôle. C’est un des spectacles de danse les plus importants que j’ai eu la chance de voir ces dernières années. »





Quant à « Vladimir », il s’agit d’un spectacle récent et dont la musique et la chorégraphie appartiennent au même Hofesh Shechter, un Britannique très en vogue ces derniers temps. A résumer la présence de la troupe néerlandaise à l’affiche du Festival national de théâtre de Bucarest, on pourrait citer la critique Oana Stoica affirmer « ce fut là la meilleure clôture que l’on aurait pu offrir » à un événement d’une telle envergure. (Trad. Ioana Stancescu)

« Radio România 95. Spectacles de collection »
Espace Culture samedi, 20 juillet 2024

« Radio România 95. Spectacles de collection »

Le Théâtre national radiophonique a lancé une nouvelle collection de spectacles sonores, « Radio Roumanie 95. Spectacles de collection »,...

« Radio România 95. Spectacles de collection »
MoBU 2024
Espace Culture samedi, 13 juillet 2024

MoBU 2024, l’art contemporain à l’honneur

Cinq jours durant, 50 stands d’art contemporain s’étalant sur 22.000 mètres carrés, ont proposé au public toute sorte d’objets d’art et...

MoBU 2024, l’art contemporain à l’honneur
Un film documentaire consacré à l’écrivaine Nora Iuga
Espace Culture samedi, 06 juillet 2024

Un film documentaire consacré à l’écrivaine Nora Iuga

Ce film, qui marque le début dans le genre documentaire de la comédienne et journaliste radio Carla-Maria Teaha, met en lumière Nora Iuga, une des...

Un film documentaire consacré à l’écrivaine Nora Iuga
Foto f
Espace Culture samedi, 22 juin 2024

Le Festival international du film Transilvania (TIFF), édition 2024

Section: Les journées du film roumain   Comme d’habitude, la section intitulée les Journées du film roumain réunit quelques-unes des...

Le Festival international du film Transilvania (TIFF), édition 2024
Espace Culture samedi, 15 juin 2024

« Trois kilomètres jusqu’à la fin du monde », Queer Palm 2024

Un prix pour la thématique LGBTQ   Créé en 2010, ce prix est attribué à un long-métrage qui aborde des personnages ou une thématique...

« Trois kilomètres jusqu’à la fin du monde », Queer Palm 2024
Espace Culture samedi, 08 juin 2024

Nouveaux rôles au cinéma pour Bogdan Dumitrache

Bogdan Dumitrache, un des acteurs les plus talentueux et les plus primés de la nouvelle vague du cinéma roumain, est le protagoniste de deux films...

Nouveaux rôles au cinéma pour Bogdan Dumitrache
Espace Culture samedi, 01 juin 2024

L’Exposition DAR

Le Musée national d’histoire de Roumanie vient d’inaugurer à Bucarest une nouvelle exposition – « DAR – Dons, rachats, récupérations,...

L’Exposition DAR
Espace Culture samedi, 25 mai 2024

« La Galerie des thérapies »

Nous sommes à Brasov, dans le centre de la Roumanie, pour découvrir un événement pas comme les autres, censé attirer l’attention sur les...

« La Galerie des thérapies »

Partenaire

Muzeul Național al Țăranului Român Muzeul Național al Țăranului Român
Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS
Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online
Institului European din România Institului European din România
Institutul Francez din România – Bucureşti Institutul Francez din România – Bucureşti
Muzeul Național de Artă al României Muzeul Național de Artă al României
Le petit Journal Le petit Journal
Radio Prague International Radio Prague International
Muzeul Național de Istorie a României Muzeul Național de Istorie a României
ARCUB ARCUB
Radio Canada International Radio Canada International
Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti” Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti”
SWI swissinfo.ch SWI swissinfo.ch
UBB Radio ONLINE UBB Radio ONLINE
Strona główna - English Section - polskieradio.pl Strona główna - English Section - polskieradio.pl
creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti
italradio italradio
Institutul Confucius Institutul Confucius
BUCPRESS - știri din Cernăuți BUCPRESS - știri din Cernăuți

Affiliations

Euranet Plus Euranet Plus
AIB | the trade association for international broadcasters AIB | the trade association for international broadcasters
Digital Radio Mondiale Digital Radio Mondiale
News and current affairs from Germany and around the world News and current affairs from Germany and around the world
Comunità radiotelevisiva italofona Comunità radiotelevisiva italofona

Diffuseurs

RADIOCOM RADIOCOM
Zeno Media - The Everything Audio Company Zeno Media - The Everything Audio Company