RRI Live!

Écoutez Radio Roumanie Internationale en direct

Le poète Tudor Arghezi (1880-1967)

Ion Nae Theodorescu de son vrai nom, Arghezi a abordé tous les genres littéraires, mais son talent sest le mieux exprimé en poésie.

Le poète Tudor Arghezi (1880-1967)
Le poète Tudor Arghezi (1880-1967)

, 21.01.2024, 10:30

Dans l’histoire de la littérature
roumaine, le poète Tudor Arghezi occupe une place de choix dans les pages
dédiées au XXème siècle. Ion Nae Theodorescu de son vrai nom, Arghezi a abordé
tous les genres littéraires – poésie, prose courte, roman, dramaturgie,
articles journalistiques, mais son talent s’est le mieux exprimé en poésie. Il a
également été doué pour la peinture et le dessin.


Tudor Arghezi est né en 1880
à Bucarest, où il est mort à l’âge de 87 ans, en 1967. Il a fait ses débuts en
1896, avec l’appui du poète Alexandru Macedonski. Arghezi a été proche du
symbolisme et du mouvement littéraire viennois Sécession, un courant culturel
présent aussi dans les arts visuels. Très jeune, il se lie d’amitié avec le
prêtre et publiciste Gala Galaction et avec l’écrivain Vasile Demetrius,
politiquement et culturellement de gauche. Il s’est mis à écrire des pamphlets
et il a défendu les paysans réprimés lors de leur révolte en 1907, il s’est
aussi rapproché de N. D. Cocea, écrivain et publiciste incisif aux convictions
socialistes. À cette même époque, Tudor Arghezi écrit également de la critique
d’art et rejoint les cercles d’hommes de culture et sympathisants libéraux tels
que Eugen Lovinescu et Ion Minulescu, ou de collectionneurs d’art tels que
Krikor Zambaccian et Alexandru Bogdan-Pitești. Durant la première guerre
mondiale, il exprime des opinions pro-allemandes dans le journal « Gazeta
Bucureștilor », financé par les autorités d’occupation allemandes sorti
entre 1916 et 1918. À la fin de la guerre, il est condamné à cinq ans de prison
pour collaborationnisme, dont il ne passe qu’un an derrière les barreaux, car
il bénéficie de la grâce royale.


Après la guerre, Tudor
Arghezi déploie une activité littéraire et journalistique intense. En 1928, il dirige
le journal littéraire « Bilete de papagal », qui a paru en
quatre séries : entre 1928 et 1929, en juin-octobre 1930, 1937-1938 et
1944-1945. Dans les quatre pages du journal, les articles sont signés par des
noms connus de la littérature roumaine, comme par exemple les poètes Otilia
Cazimir, George Topârceanu, Felix Aderca et Urmuz. À l’entre-deux-guerres,
Arghezi écrit aussi de la littérature pour enfants. En 1943, en pleine deuxième
guerre mondiale, il publie un pamphlet dont le titre est « Baroane » /
« Toi, le baron » et qui est adressé à l’ambassadeur de l’Allemagne nazie
à Bucarest. Le pamphlet lui vaut une année en prison, que Tudor Arghezi
mentionne dans son poème « Flori de mucigai / Fleurs de moisissure » (un enregistrement de
ce poème lu par l’auteur lui-même est gardé dans les archives de la
Radiodiffusion roumaine).


Après la guerre, Arghezi se
voit interdire de publier entre 1948 et 1952 par la censure du régime
communiste, mais sous l’influence de Mihai Ralea, homme de culture de la haute nomenklatura
communiste, il est réhabilité et profite à fond de sa nouvelle position sociale.
Il écrit des poèmes approuvés par le régime communiste et même par l’Académie
de la République populaire roumaine, qui organise l’anniversaire des 80 ans du
poète, en 1960. À cette occasion, Arghezi prononce un discours plein de fausse
modestie, de faux sentiments et d’auto-victimisation. Il n’oublie pas non plus
de calomnier la Roumanie démocratique d’avant 1945. Écoutons un extraits de ce
discours : « Bien qu’à l’époque socialiste ma
plume fasse l’objet d’une appréciation trop peu méritée, un récital à mon nom
me comble. J’au eu la chance de vivre le grand contraste entre deux époques,
aussi bien pour la littérature que pour mon insignifiante personne. Qu’est-ce
qu’un écrivain, un compositeur, un peintre ou un artiste dramatique
représentaient-ils avant? Une honte, plus ou moins grande, selon sa famille d’origine.
Il est vrai que l’on acceptait de temps à autre un artiste lyrique, ayant le
don du madrigal et de l’humour grivois, parmi les ménétriers des festins des
boyards. Au plan personnel, à travers le temps, toutes les autorités
culturelles associées se sont dressées contre mes écrits: l’Université, l’Académie,
la poésie, la prose, la presse, la police, la justice, la censure, la
gendarmerie et même la collégialité immédiate. On m’avait isolé, avec ma plume
et mes cahiers, sur un bloc de glace grand comme tout le pays, on m’a craché
dessus, on m’a injurié, on m’a insulté. Sans me sentir aucunement coupable, je courbais
peut-être le langage dont j’avais hérité. L’unique droit et l’unique devoir
accordé à un écrivain étaient de mourir sur un paillasson dans un hôpital ou
dans une maison de fous. À part quelques quatrains patriotiques, écrits par
Alecsandri et entonnés à l’école primaire ou par les soldats, à part aussi les œuvres
de Carmen Sylva (nom de plume de la reine Elisabeth de Roumanie), qui
dégageaient une atmosphère royale, tout le reste, y compris les individus,
était indifférent et presque odieux. »



La mémoire de Tudor Arghezi est
gardée aujourd’hui au musée qui lui est dédié rue Mărțișor, dans
la partie sud de Bucarest, une petite rue que le poète a rendue célèbre parmi les
Roumains. (Trad. Ileana Ţăroi)

Mahalale de poveste sursa foto facebookanasersea
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 16 juin 2024

Les « mahalas / faubourgs » Flămânda et Sfânta Ecaterina

Bien qu’avoisinant la Place Unirii, soumise à des démolitions d’immeubles et à des transformations radicales sous le régime communiste, la...

Les « mahalas / faubourgs » Flămânda et Sfânta Ecaterina
Sursa foto: unsplash.com
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 09 juin 2024

Gheorghe Marinescu, le père de la neurologie roumaine.

Qui est Gheorghe Marinescu ?   Médecin roumain des plus importants du pays, dont le nom est lié au début de l’étude des maladies...

Gheorghe Marinescu, le père de la neurologie roumaine.
Radio Romania International
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 02 juin 2024

Bains publics, bains privés et stations balnéaires en Roumanie

Depuis les temps les plus reculés de l’histoire, les bains publics ont constitué des lieux complexes, où se mélangeaient l’hygiène, le...

Bains publics, bains privés et stations balnéaires en Roumanie
afis expozitie tematica foto muzeulbucurestiului
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 26 mai 2024

Les anciens livres religieux roumains

Avant l’apparition de l’imprimerie au milieu du 15e siècle, qui a représenté la révolution la plus importante de l’histoire du livre et de...

Les anciens livres religieux roumains
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 19 mai 2024

La Bibliothèque du monastère de Sinaia

  Dans l’espace médiéval roumain, l’érudition et tout ce qui était liée à l’enseignement ainsi qu’à l’écriture et à...

La Bibliothèque du monastère de Sinaia
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 12 mai 2024

L’église roumaine de Jéricho

Le monde chrétien s’est toujours beaucoup intéressé à ses lieux saints d’Orient, où il a construit des édifices ouverts aussi bien aux...

L’église roumaine de Jéricho
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 05 mai 2024

Les libraires de l’ancien Bucarest : Leon Alcalay

A travers l’histoire, la culture a été non seulement un moyen d’élévation spirituelle, mais aussi une source de changement économique et...

Les libraires de l’ancien Bucarest : Leon Alcalay
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 21 avril 2024

La périphérie bucarestoise à travers le temps

Au fait, entourée d’un réseau de faubourgs, coagulés sur des terrains ayant appartenu à d’anciens villages, seule la zone centrale était...

La périphérie bucarestoise à travers le temps

Partenaire

Muzeul Național al Țăranului Român Muzeul Național al Țăranului Român
Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS
Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online
Institului European din România Institului European din România
Institutul Francez din România – Bucureşti Institutul Francez din România – Bucureşti
Muzeul Național de Artă al României Muzeul Național de Artă al României
Le petit Journal Le petit Journal
Radio Prague International Radio Prague International
Muzeul Național de Istorie a României Muzeul Național de Istorie a României
ARCUB ARCUB
Radio Canada International Radio Canada International
Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti” Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti”
SWI swissinfo.ch SWI swissinfo.ch
UBB Radio ONLINE UBB Radio ONLINE
Strona główna - English Section - polskieradio.pl Strona główna - English Section - polskieradio.pl
creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti
italradio italradio
Institutul Confucius Institutul Confucius
BUCPRESS - știri din Cernăuți BUCPRESS - știri din Cernăuți

Affiliations

Euranet Plus Euranet Plus
AIB | the trade association for international broadcasters AIB | the trade association for international broadcasters
Digital Radio Mondiale Digital Radio Mondiale
News and current affairs from Germany and around the world News and current affairs from Germany and around the world
Comunità radiotelevisiva italofona Comunità radiotelevisiva italofona

Diffuseurs

RADIOCOM RADIOCOM
Zeno Media - The Everything Audio Company Zeno Media - The Everything Audio Company