RRI Live!

Écoutez Radio Roumanie Internationale en direct

Les relations nouées entre la Roumanie et l’Egypte avant 1990

Les relations roumano-égyptiennes avaient démarré timidement tout de suite après la révolution égyptienne de 1952.

Le periferie di Bucarest lungo il tempo
Le periferie di Bucarest lungo il tempo

, 24.06.2024, 10:44

A la fin des années 1950 et au début des années 1960 la décolonisation et la modernisation des pays du tiers monde avaient le vent en poupe. Les anciennes colonies des pays européens d’Afrique et d’Asie, auxquels s’ajoutaient les pays d’Amérique latine, se lançaient à l’eau, tentant leurs propres modèles de développement. Beaucoup de ces nouveaux Etats avaient ainsi à l’époque adopté la Troisième voie, située à mi-chemin entre le communisme soviétique et le capitalisme américain. L’un des Etats les plus dynamiques à s’engager dans cette voie fut l’Égypte, pays riche de son passé et impatient de se donner de nouvelles ambitions.

La modernisation de l’Égypte s’est beaucoup inspirée du modèle turc de développement. Il s’agissait en effet de deux pays musulmans avec des sociétés, des mentalités et des héritages similaires. L’Égypte, plutôt cosmopolite, comptait sur ses élites éduquées en Grande-Bretagne et en France, mais également en l’URSS. Gamal Abdel Nasser Hussein, qui prit en tant que source d’inspiration la personnalité du réformateur turc Mustafa Kemal Atatürk, s’est rapidement érigé comme la figure de proue de cet état d’esprit réformateur, sinon révolutionnaire. Mircea Nicolaescu, nommé en 1961 ambassadeur de Roumanie au Caire par le ministre des Affaires étrangères Corneliu Mănescu, expliquait, dans une interview enregistrée en 1996 et conservée par le Centre d’histoire orale de la Radiodiffusion roumaine, l’essence de l’extraordinaire dynamisme du processus de modernisation égyptien. Ecoutons-le :

« L’Égypte était devenu l’un des centres diplomatiques les plus actifs en matière de politique internationale de l’époque, et cela pour plusieurs raisons. La première, parce que l’Egypte représentait, parmi les pays arabes, l’Etat le plus important, le plus développé, doté d’un grand prestige historique et politique. C’était l’époque où Nasser et les Officiers libres, comme ils s’appelaient eux-mêmes, réinstallèrent la société égyptienne sur une base démocratique et réorientèrent la société égyptienne sur la voie de la modernisation. Deuxièmement, parce que l’Égypte fait valoir son identité et ses particularités non seulement envers ses propres alliés naturels, les Etats arabes de la région, mais aussi envers l’ensemble de la région. L’Égypte était de facto maître du canal de Suez, construit par les Égyptiens mais toujours aux mains des Britanniques. Indépendamment de cela, le mouvement d’émancipation du monde arabe avait pour centre Le Caire. »

 

Les relations roumano-égyptiennes avaient démarré timidement tout de suite après la révolution égyptienne de 1952.

Les pays européens se montrent forcément intéressés par le désir d’émancipation et de modernisation de la société égyptienne, et la Roumanie ne comptait pas demeurer à l’écart de ce mouvement. De son côté, l’Union soviétique avait lancé une véritables politique d’influence à l’égard des anciennes colonies, et la Roumanie socialiste s’efforçait lui emboiter le pas. Les relations roumano-égyptiennes avaient démarré timidement tout de suite après la révolution égyptienne de 1952. Aussi, en 1956, lors de la crise du canal de Suez, la Roumanie envoya, à la demande de l’Égypte, du personnel technique pour aider à normaliser l’utilisation du canal. Plus tard, les relations bilatérales dans les domaines de l’économie, de la culture, de l’éducation et du sport ont pris leur essor. Cependant, d’une manière générale, dans ses relations avec le monde arabe et en particulier avec l’Egypte, la Roumanie tente de garder ses distances, notamment dans le contexte du conflit israélo-arabe. Durant la guerre des Six Jours de juin 1967, la Roumanie se refuse de condamner Israël comme État agresseur. Mircea Nicolaescu a expliqué la position du régime de Bucarest :

« Notre attitude très claire et réaffirmée à maintes reprises était fondée sur l’idée qu’il ne nous semblait pas opportun de prendre fait et cause pour l’une ou l’autre partie prenante du conflit. Qu’il allait plutôt de notre devoir à tous de faciliter les conditions nécessaires à la cessation des hostilités et à la transition vers les négociations. Nous avons néanmoins offert notre soutien matériel à l’Egypte en accordant une quantité de produits d’extrême nécessité pour le marché de la ville du Caire. A la suite de la guerre, l’Egypte avait été frappé par une pénurie alimentaire provoquée par la désorganisation générale de la vie économique et des flux des produits importés. Les Cairotes ont alors bénéficié du sucre, de l’huile, de la farine et de quelques autres produits de base made in Roumanie. »

 

Le régime de Bucarest consentit à accorder un important crédit au gouvernement du Caire.

L’aide alimentaire offerte alors par la Roumanie aux Egyptiens était d’une importance vitale. L’instabilité politique qui a fait suite à la défaite militaire égyptienne aurait pu céder la place à l’anarchie. Le régime de Bucarest fit davantage encore, consentant à accorder un important crédit au gouvernement du Caire. Mircea Nicolaescu :

« Au Caire, seuls deux ou trois bataillons de leur célèbre armée étaient encore en état de combat. L’autorité publique s’effondrait. Et les spéculateurs ont fait leur apparition, ce qui n’a fait qu’empirer les choses. C’est alors que j’ai proposé, d’abord par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères, la négociation d’un tel accord, qui devait en fait servir de prétexte à une mise en relation au plus haut niveau entre les régimes de nos deux Etats. La poursuite d’un tel accord, préparé pendant près de trois années, n’avait jamais pu aboutir auparavant. Or, je suis parti de l’idée d’établir un cadre aussi large et favorable que possible à nos relations communes. Nos intérêts respectifs ratissaient large et s’avéraient facilement accommodants pour l’autre partie. La Roumanie avait besoin de s’assurer le passage sans entraves de ses navires par le canal de Suez, car notre industrie devait à tout prix sécuriser son approvisionnement, notamment en coton. »

Entre 1960 et 1990, les relations diplomatiques et commerciales entre la Roumanie et l’Égypte n’ont cessé de se développer. A la suite de la dissolution des régimes communistes en Europe de l’Est fin 1989, les relations entre les deux Etats ont pris un nouveau virage, prenant en considération les nouvelles réalités géopolitiques et les intérêts réciproques des deux Etats. (Trad. Ionut Jugureanu)

ziare presa foto pixabay
Pro Memoria lundi, 08 juillet 2024

De l’histoire de la presse féminine roumaine

Les droits de l’homme, énoncés depuis le XVIIIe siècle, font la promotion de l’égalité, au-delà de tout critère de religion, de...

De l’histoire de la presse féminine roumaine
L’humour au temps du communisme
Pro Memoria lundi, 01 juillet 2024

L’humour au temps du communisme

La diversité de l’humour populaire à l’époque communiste   Les régimes politiques dictatoriaux, autoritaires et antilibéraux...

L’humour au temps du communisme
Les monuments roumains restaurés de Bessarabie
Pro Memoria lundi, 17 juin 2024

Les monuments roumains restaurés de Bessarabie

Le 27 mars 1918, la Bessarabie, cette partie orientale de la Moldavie, réintègre la Roumanie, après avoir été annexée par la Russie en 1812 à...

Les monuments roumains restaurés de Bessarabie
Les relations diplomatiques entre la Roumanie et le Vatican
Pro Memoria lundi, 10 juin 2024

Les relations diplomatiques entre la Roumanie et le Vatican

L’espace roumain, majoritairement chrétien-orthodoxe de nos jours, a longtemps été un espace d’interférence spirituelle et religieuse. La...

Les relations diplomatiques entre la Roumanie et le Vatican
Pro Memoria lundi, 03 juin 2024

Le Plan Z

Un contexte mitigé   Occupés après 1945 et soumis à des régimes communistes inféodés à Moscou, les pays d’Europe centrale et...

Le Plan Z
Pro Memoria lundi, 27 mai 2024

Les désertions dans l’armée roumaine pendant la Première Guerre Mondiale

La désertion, pas une lâcheté, mais un effet du stree post-traumatique   L’historienne Gabriela Dristaru de l’Institut...

Les désertions dans l’armée roumaine pendant la Première Guerre Mondiale
Pro Memoria lundi, 20 mai 2024

Radio NOREA

Entre 1945 et 1990, la langue roumaine était diffusée à la radio non seulement depuis Bucarest, mais aussi depuis l’étranger. Les radios...

Radio NOREA
Pro Memoria lundi, 13 mai 2024

Le théâtre radiophonique destiné aux enfants

Les débuts   Dès ses débuts, la radio a fait une priorité de l’éducation des masses. Les enfants, public généreux et convoité par...

Le théâtre radiophonique destiné aux enfants

Partenaire

Muzeul Național al Țăranului Român Muzeul Național al Țăranului Român
Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS
Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online
Institului European din România Institului European din România
Institutul Francez din România – Bucureşti Institutul Francez din România – Bucureşti
Muzeul Național de Artă al României Muzeul Național de Artă al României
Le petit Journal Le petit Journal
Radio Prague International Radio Prague International
Muzeul Național de Istorie a României Muzeul Național de Istorie a României
ARCUB ARCUB
Radio Canada International Radio Canada International
Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti” Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti”
SWI swissinfo.ch SWI swissinfo.ch
UBB Radio ONLINE UBB Radio ONLINE
Strona główna - English Section - polskieradio.pl Strona główna - English Section - polskieradio.pl
creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti
italradio italradio
Institutul Confucius Institutul Confucius
BUCPRESS - știri din Cernăuți BUCPRESS - știri din Cernăuți

Affiliations

Euranet Plus Euranet Plus
AIB | the trade association for international broadcasters AIB | the trade association for international broadcasters
Digital Radio Mondiale Digital Radio Mondiale
News and current affairs from Germany and around the world News and current affairs from Germany and around the world
Comunità radiotelevisiva italofona Comunità radiotelevisiva italofona

Diffuseurs

RADIOCOM RADIOCOM
Zeno Media - The Everything Audio Company Zeno Media - The Everything Audio Company