RRI Live!

Écoutez Radio Roumanie Internationale en direct

La périphérie bucarestoise à travers le temps

Ville des contrastes quasiment tout au long de son histoire, Bucarest a longtemps été aussi un mélange de rural et d’urbain.

La périphérie bucarestoise à travers le temps
La périphérie bucarestoise à travers le temps

, 21.04.2024, 11:00

Au fait, entourée d’un réseau de faubourgs, coagulés sur des terrains ayant appartenu à d’anciens villages, seule la zone centrale était devenue presqu’entièrement urbaine après la Grande Guerre. Cela explique pourquoi un style de vie rural a partiellement résisté dans ces « mahalale » jusqu’au début des années 1960, quand le régime communiste a lancé la systématisation de la ville justement dans ces zones. Les habitations vernaculaires et les immeubles de commerçants, avec la boutique au rez-de-chaussée et le logement à l’étage, ont été démolis pour laisser la place à des barres d’immeubles à plusieurs étages, la périphérie étant ainsi entièrement engloutie par des quartiers-dortoirs. Un film documentaire récemment découvert dans les archives du Musée municipal Bucarest – c’est en fait un enregistrement brut – nous montre la vie des Bucarestois le long des artères allant de la barrière de Vergu à la Place de la Victoire, c’est-à-dire entre la limite Est de la capitale et le début du boulevard bucarestois le plus important et le plus moderne, la  Calea Victoriei (l’avenue de la Victoire). Le film a retenu la vie quotidienne des gens qui habitaient à proximité des boulevards appelés de nos jours « Mihai Bravu », « Ștefan cel Mare » et « Iancu de Hunedoara ». Dans les années 1960, ces noms n’existaient pas, tandis que l’existence des habitants était inchangée depuis des dizaines d’années.

 

Les « mahalale »

 

Quel était le visage de ces « mahalale » (faubourgs) au XIXème siècle et comment vivaient les habitants de l’unité administrative appelée « sectorul de galben » (un des arrondissements de la capitale) ou littéralement « le secteur de jaune » ? C’est l’historien Adrian Majuru, directeur du Musée municipal Bucarest, qui répond à ces questions : « En 1838, ce secteur de jaune comptait 11.555 habitants et 2.449 habitations, il n’était donc pas trop peuplé. Et il y avait aussi des animaux de compagnie, pour ainsi dire, à savoir: 1063 chevaux, 444 bœufs, 245 vaches, 73 buffles, 193 cochons et 1542 chiens. Les volailles ne sont pas mentionnées dans les documents de l’époque, les chats non plus. Mais nous remarquons la présence d’animaux de trait: chevaux, bœufs, buffles. En ces temps-là, les cochons étaient bien différents de ceux que les paysans et les fermiers élèvent à présent. Ces cochons, représentés dans des lithographies du début du XIXème siècle, notamment des années 1830 – 1850, se déplaçaient librement et portaient des marques spécifiques. Par exemple, un licol triangulaire qui les empêchait de se glisser dans d’autres fermes, à travers les palissades. Vous voyez, donc, un monde rural qui changeait lentement. Ou pas du tout, du côté de la Chaussée Mihai Bravu. Toutefois, à un moment donné, une classe moyenne inférieure fait son apparition ; elle se compose de maîtres-artisans qui vivent des résultats de leur travail. Si vous avez votre atelier de cordonnier ou de fourreur ou de photographe, ou autre, du côté de la Chaussée (avenue) Ștefan cel Mare, où vous vendez ce que vous fabriquez, vous êtes quelqu’un de chanceux. Votre affaire pourrait s’étaler aussi dans les rues adjacentes, mais les gens n’y vont pas, car ces rues sont trop insalubres et relativement peu sûres à l’époque. L’atmosphère et le monde changent quand on change de mahala. Les immeubles sont différents. Il y existe aussi, bien-sûr, des zones industrielles, par exemple une fabrique de pain au nord et une autre au sud. (…) Le monde cosmopolite commençait Place de la Victoire ; derrière et autour d’elle, il y avait le monde rural. »

 

Le quotidien des habitants des faubourgs bucarestois

 

La situation change en 1961, année de la réalisation du film préservé au Musée municipal Bucarest et qui documentait justement ce changement. Mais quel était le quotidien des gens qui vivaient près de la barrière de Vergu (Piața Muncii ou Place du Travail d’aujourd’hui), aux confins de l’Est de la ville? Adrian Majuru nous donne des détails.  « Il y avait une expression à l’époque, qui disait: « Ma chère, s’il y avait aussi du gaz à acheter, ce serait comme pendant la guerre ». On achetait le pain avec des tickets de rationalisation, les confections valaient un ticket, attribué en fonction du niveau professionnel et de l’origine sociale saine, comme on disait à l’époque. La situation s’était quelque peu améliorée dans les années 1960, lorsque Gheorghiu-Dej était toujours le chef de l’Etat et du parti communiste et la dépendance de l’Union soviétique était encore forte. Pourtant, dans l’esprit des gens, le monde d’avant n’avait pas disparu. Des difficultés, il y en avait, mais ils vivaient dans les mêmes maisons, certains avaient même pu ouvrir de petits ateliers autorisés par le régime. Les choses commencent à changer en 1961, (…) et la population ne comprend pas ce qu’il se passe. Les adultes éprouvaient une grande tristesse, à cause de ce nouveau monde auquel ils ne savaient pas comment se rapporter. Ils quittaient des logements qui leur étaient familiers pour emménager dans d’autres, sur les boulevards Mihai Bravu ou Iancu de Hunedoara, ou ailleurs. »

 

Un paysage humain transformé

 

Bien évidemment, les démolitions et les nouvelles constructions transforment aussi le paysage humain. Des gens des campagnes viennent travailler en ville, des villageois viennent occuper les nouvelles barres d’immeubles et deviennent des citadins du jour au lendemain raconte Adrian Majuru.  « La réalité des années 1960 a un impact sur la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui, car elle marque le début de travaux de systématisation et d’une industrialisation de la périphérie de la ville, dont l’effet sera l’arrivée d’un très grand nombre de gens du monde rural et des petites villes. Leur contact avec l’urbain se réduisait à ça et ils n’en voulaient pas plus. Or, au moment où la masse critique d’intellectuels et de’ pratiquants de professions libérales diminue, la périphérie commence à se manifester aussi dans les zones centrales. Les démographies se mélangent et ce mixage se retrouve également à l’intérieur d’un immeuble, où habitent deux ou trois intellectuels et puis des ouvriers de l’usine Semănătoarea ou de petits fonctionnaires de l’Etat. L’homogénéité professionnelle fondatrice des quartiers et des grands boulevards de la ville n’était plus souhaitée. »

 

Aujourd’hui, la zone comprise entre les repères historiques des barrières de Vergul et de Mogoșoaia (l’endroit où commençait la Calea Victoriei ou Calea Mogoșoaiei) a quasiment gardé le visage issu des transformations imposées par le régime communiste. (Trad. Ileana Ţăroi)

afis expozitie tematica foto muzeulbucurestiului
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 26 mai 2024

Les anciens livres religieux roumains

Avant l’apparition de l’imprimerie au milieu du 15e siècle, qui a représenté la révolution la plus importante de l’histoire du livre et de...

Les anciens livres religieux roumains
La Bibliothèque du monastère de Sinaia
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 19 mai 2024

La Bibliothèque du monastère de Sinaia

  Dans l’espace médiéval roumain, l’érudition et tout ce qui était liée à l’enseignement ainsi qu’à l’écriture et à...

La Bibliothèque du monastère de Sinaia
L’église roumaine de Jéricho
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 12 mai 2024

L’église roumaine de Jéricho

Le monde chrétien s’est toujours beaucoup intéressé à ses lieux saints d’Orient, où il a construit des édifices ouverts aussi bien aux...

L’église roumaine de Jéricho
Les libraires de l’ancien Bucarest : Leon Alcalay
L'Encyclopédie de RRI dimanche, 05 mai 2024

Les libraires de l’ancien Bucarest : Leon Alcalay

A travers l’histoire, la culture a été non seulement un moyen d’élévation spirituelle, mais aussi une source de changement économique et...

Les libraires de l’ancien Bucarest : Leon Alcalay
L'Encyclopédie de RRI lundi, 15 avril 2024

Dincă Schileru

En Roumanie, l’histoire locale est riche de noms importants, liés à leurs lieux de naissance par des œuvres culturelles, sociales, de charité...

Dincă Schileru
L'Encyclopédie de RRI vendredi, 29 mars 2024

Deux grands architectes de Bucarest: Leonida Negrescu et Jean Monda

Deux noms importants d’architectes se retrouvent aux entrées des immeubles de la bourgeoisie bucarestoise : Leon Schwartz, ou Leonida...

Deux grands architectes de Bucarest: Leonida Negrescu et Jean Monda
L'Encyclopédie de RRI samedi, 16 mars 2024

Repères juifs sur Calea Victoriei (avenue de la Victoire)

Calea Victoriei, l’avenue de la Victoire, traverse la ville de Bucarest du nord au sud. Elle est une sublimation de l’histoire de la...

Repères juifs sur Calea Victoriei (avenue de la Victoire)
L'Encyclopédie de RRI lundi, 04 mars 2024

Le chemin de Constantin Brâncuși de Roumanie à Paris

Depuis les humbles débuts du fils d’un charpentier pauvre à l’affirmation parisienne d’une originalité artistique défiant les...

Le chemin de Constantin Brâncuși de Roumanie à Paris

Partenaire

Muzeul Național al Țăranului Român Muzeul Național al Țăranului Român
Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS
Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online
Institului European din România Institului European din România
Institutul Francez din România – Bucureşti Institutul Francez din România – Bucureşti
Muzeul Național de Artă al României Muzeul Național de Artă al României
Le petit Journal Le petit Journal
Radio Prague International Radio Prague International
Muzeul Național de Istorie a României Muzeul Național de Istorie a României
ARCUB ARCUB
Radio Canada International Radio Canada International
Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti” Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti”
SWI swissinfo.ch SWI swissinfo.ch
UBB Radio ONLINE UBB Radio ONLINE
Strona główna - English Section - polskieradio.pl Strona główna - English Section - polskieradio.pl
creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti
italradio italradio
Institutul Confucius Institutul Confucius
BUCPRESS - știri din Cernăuți BUCPRESS - știri din Cernăuți

Affiliations

Euranet Plus Euranet Plus
AIB | the trade association for international broadcasters AIB | the trade association for international broadcasters
Digital Radio Mondiale Digital Radio Mondiale
News and current affairs from Germany and around the world News and current affairs from Germany and around the world
Comunità radiotelevisiva italofona Comunità radiotelevisiva italofona

Diffuseurs

RADIOCOM RADIOCOM
Zeno Media - The Everything Audio Company Zeno Media - The Everything Audio Company