Alba Iulia

alba iulia Une ville chargée d’histoire et de tradition, surnommée « la seconde capitale » est connue surtout pour sa belle citadelle récemment restaurée.

Ville qui respire l'histoire, Alba Iulia, au cœur de la Transylvanie, doit sa réputation notamment aux événements historiques qui y ont eu lieu au long des siècles. Partagée entre la ville haute avec ses monuments millénaires récemment restaurés et la ville basse plutôt moderne, Alba Iulia s'est vu accorder en 2015 un certificat d'excellence délivré par le célèbre site touristique Tripadvisor suite aux avis positifs exprimés par les visiteurs qui ont franchi son seuil l'année dernière. Un certificat qui n'est guère surprenant vu la beauté de la cité ancienne d'Alba Carolina, véritable coup de cœur pour les touristes qui se rendent dans les parages. A part la citadelle fortifiée dressée au XVIIIème siècle, les visiteurs peuvent faire le tour de la caserne militaire et des édifices religieux, surtout de la cathédrale romano-catholique qui impressionne par un mélange inédit de plusieurs styles architectoniques - roman, gothique, florentin et baroque. Et puisque vous vous trouvez à Alba Iulia, il serait bien dommage de quitter la ville sans entrer dans les monastères des Augustines, des Dominicains, des Jésuites, des Franciscains et des Trinitaires. 


Pour plus de détails, nous invitons au micro Emanuel Dragusin, un passionné de l'histoire roumaine, journaliste et porte - parole d'une société qui gère l'ensemble architectural de la cité: "Tout visiteur, soit-il de Roumanie ou d'ailleurs, aurait toutes les raisons de visiter l'ancienne cité fortifiée d'Alba Carolina. D'abord, parce qu'il s'agit de la plus grande cité de type Vauban de Roumanie et d'Europe du sud-est qui s'étend sur plus d'une centaine d'hectares". 



Et puis, parce que la cité d'Alba Iulia accueille des spectacles uniques en Roumanie, ajoute Emanuel Dragusin: «Des soldats vêtus de costumes d'époque du XVIIIème siècle, participent chaque jour, à midi, à la relève de la garde. C'est une pratique qui anime la cité d'Alba Carolina et attire une foule de touristes. Les gardes de la cité peuvent être aperçus aussi bien sur le trajet des trois fortifications qu'aux portes de la cité. Le spectacle de la relève est d'autant plus beau qu'il implique des chevaux de race. Pendant la haute saison touristique, chaque samedi, le spectacle de la relève de la garde s'accompagne de coups de canon, un événement unique en Roumanie ». 

La cité n'arrête pas de fasciner les touristes, affirme à son tour M. Gabriel Ristoiu à la tête du Musée national de l'Union d'Alba Iulia. Composée de sept bastions, la cité regroupe tous les éléments de fortification adaptés à la technique militaire de l'époque. L'entrée se fait par sept portes dont la plupart ornées de statues et de bas-reliefs. Et ce n'est pas tout, affirme Gabriel Ristoiu. Considérée comme l'ensemble figuratif baroque le plus important de Transylvanie, la cité abrite la bibliothèque "Batthyanaeum", riche en manuscrits très rares.



Gabriel Ristoiu: « Capitale du voïévodat de la Transylvanie et puis de la Principauté de la Transylvanie pour un bref laps de temps, la cité d'Alba Iulia s'enorgueillit de plusieurs monuments d'une rare beauté. C'est le cas de l'église romano - catholique Saint Michel, soit le monument d'architecture médiévale le plus significatif de la contrée. C'est dans cette église que le visiteur peut admirer l'élément sculpté en style roman le plus ancien de Roumanie. La cathédrale invite le visiteur à un véritable parcours d'architecture médiévale transylvaine, allant de l'art roman jusqu'à celui baroque. Il convient de mentionner que l'édifice figure parmi les monuments d'art roman les plus représentatifs de l'Europe orientale. A l'intérieur, on peut admirer les tombes des princes transylvains, y compris celle de Iancu de Hunedoara et de sa famille. Celui-ci fut une personnalité européenne. Il sortit victorieux de la bataille de Belgrade menée contre le conquérant de Constantinople, le prince Mehmed II. Suite à cette victoire, le Pape a décidé par décret que les cloches sonnent chaque jour, à midi pile, partout dans le monde catholique. D'ailleurs, le rôle de Iancu de Hunedoara fut tellement important qu'à sa mort, on dit que la lumière du monde s'est éteinte ». 



Suite à la conquête de la Transylvanie par l'Empire de l'Autriche Hongrie, on décida de la construction à Alba Iulia d'une grande cité en style Vauban, raconte Gabriel Ristoiu: « Il s'agit de la cité Vauban encore debout la plus grande de Roumanie. Il est vrai que celle de Timisoara était encore plus grande, mais là on n'a qu'un seul bastion toujours en place. Sur l'ensemble des cités fortifiées européennes, celle d'Alba Iulia se distingue par une série d'éléments baroques dont notamment une porte monumentale qui a coûté à l'époque 60 milles florins en or. A l'époque de sa construction, la cité avait complètement perdu son rôle défensif au profit d'un rôle administratif. Une fois les Turcs chassés, la cité n'a subi qu'un seul siège, en 1849, mené par les révolutionnaires magyars ». 



Véritable symbole de la Grande Roumanie puisqu'elle servit de cadre à l'union des Principautés roumaines, la cité d'Alba Iulia figure sur la liste des destinations incontournables pour le touriste parti à la découverte de la Transylvanie. Les offres d'hébergement sont multiples et à des prix très corrects: une chambre double dans un trois étoiles, petit déjeuner compris, vous fera débourser seulement 30 euros la nuitée. En plus, la plupart des hôtels et des pensions vous proposent des réductions pour des séjours plus longs. Tout ce qu'il vous reste à faire c'est d'acheter vos billets d'avion et de préparer vos prochaines vacances. La destination est déjà trouvée. (Trad. Ioana Stancescu)


www.rri.ro
Publicat: 2016-12-08 14:02:00
Vizualizari: 246
TiparesteTipareste