Le nouveau gouvernement se profile

le nouveau gouvernement se profile Le premier ministre désigné, le libéral Ludovic Orban, a soumis au Parlement la liste des ministres de son futur gouvernement ainsi que le programme de gouvernance.

Le premier ministre désigné, le libéral Ludovic Orban, a déposé jeudi au Parlement la liste comportant les propositions de ministres au sein du nouvel Exécutif ainsi que le programme de gouvernance.

 

Selon le règlement en vigueur, d’ici une quinzaine de jours, les bureaux permanents de la Chambre des députés et du Sénat devraient se réunir afin d’établir la date du plénum, lequel devrait se réunir après les auditions des potentiels ministres par les commissions spécialisées. Pour être validé, le nouveau cabinet libéral, soutenu ouvertement par le président du pays, Klaus Iohannis, a besoin de 233 voix.

 

Néanmoins, les choses ne sont pas si évidentes que ça! Le parti social-démocrate a déjà critiqué le programme de gouvernance annoncé par Ludovic Orban. Le premier ministre sortant, Viorica Dăncilă, dont le cabinet a été destitué par motion de censure, a mis en garde, sur sa page Facebook, contre les mesures d’austérité envisagées et qui viseraient notamment les salariés du secteur public. Dès le vote de la motion de censure, le 10 octobre dernier, les sociaux-démocrates ont affirmé que non seulement ils ne voteraient pas les libéraux, mais qu’ils ne se présenteraient pas non plus au vote. Et ce pour empêcher que le quorum nécessaire soit atteint.

 

L’Alliance des libéraux et des démocrates, qui, dans un premier temps, avait fait part de son soutien au futur cabinet Orban, s’est dit mécontente par exemple, de la proposition qu’un général d’armée gère le portefeuille de la Défense. La formation politique mentionnée a argué du fait que les forces armées devraient être dirigées par un civil, conformément aux engagements euro atlantiques pris par la Roumanie.

 

De son côté, le président du parti Pro România, Victor Ponta, s’est montré méfiant à l’égard des capacités de Ludovic Orban qui puissent faire de lui un bon premier ministre. Par contre, l’Union Sauvez la Roumanie trouve que le nouveau gouvernement a de bonnes chances d’être investi. L’Union démocrate magyare de Roumanie pense, elle, qu’à première vue, la nouvelle équipe est acceptable.

 

Bref, l’épée de Damoclès suspendue au dessus de la tête, le premier ministre désigné Ludovic Orban a assuré avoir choisi son équipe selon des critères rigoureux et précisé que le programme de gouvernance recelait des objectifs immédiats. Parmi eux, l’adoption d’un décret d’urgence portant restructuration du gouvernement, la bonne organisation des élections présidentielles des 10 et 24 novembre prochains, le collectif budgétaire pour l’année en cours et l'élaboration du budget de l'Etat, exercice 2020. Le document prévoit également le maintien du taux d’imposition unique, la révision des lois de la Justice et de celles dont les libéraux pensent qu’elles ont un impact négatif sur l’économie.

 

Ludovic Orban se dit confiant dans les chances de réussite de son équipe et de lui-même. Il a pourtant déclaré qu’il poursuivrait les discussions avec les parlementaires indépendants et non affiliés ainsi qu’avec les élus issus du Parti social-démocrate pour être sûr de pouvoir compter sur leurs votes. (Trad.Mariana Tudose)


www.rri.ro
Publicat: 2019-10-25 13:03:00
Vizualizari: 245
TiparesteTipareste