Les écrivains lisent en ligne

les écrivains lisent en ligne Rencontre avec l'écrivaine Doina Ruști

Ecrivaine contemporaine dynamique et prolixe, scénariste et traductrice, Doina Ruști s'est vu récompenser de nombreuses distinctions importantes. Parmi elles, le prix « Ion Creangă », décerné par l'Académie roumaine pour ses romans qui mêlent le réel et l'imaginaire, l'histoire et la fiction. Les romans « Le fantôme du moulin », « Lizoanca à l'âge de 11ans », « Zogru », « Le chat du vendredi » ou encore « Homérique » jouissent de l'appréciation du public aussi. Comme en cette période de confinement les foires du livre et les lancements de livres sont suspendus, Doina Ruști maintient le contact avec ses lecteurs grâce à des lectures enregistrées et postées sur les réseaux sociaux. « Sans cela, j'aurais été en proie à la pire dépression. L'homme n'est pas voué à une existence solitaire. Même l'écrivain a besoin de communiquer avec les autres », avoue Doina Ruști, qui poursuit :

 

« Au début, ces enregistrements étaient plutôt un jeu. Plus tard, je me suis lancée dans des commentaires autour de mes lectures, ce qui me permettait d'entrer en contact avec mes lecteurs. Ce fut quelque chose d'extraordinaire. Le fait d'échanger quelques lignes, de communiquer, de partager sur les réseaux sociaux l'enregistrement de la lecture de fragments de mon dernier roman, Homérique, m'a beaucoup aidée à traverser cette période qui nous met tous à rude épreuve. En plus, la lecture à haute voix a contribué à élargir la perception que j'avais de ma propre écriture. C'est vraiment stimulant pour un homme de lettres de s'entendre lire et d'apprendre ce que les autres pensent de ses œuvres. J'ai même réalisé une sorte de série de lectures. Cette entreprise, je l'ai vécue comme si c'était le prolongement de la souffrance provoquée par le fait d'être sujette à une expérimentation presque philosophique ou ontologique. Toutes ces lectures ont constitué une sorte de résumé de mes écrits antérieurs, mais aussi une illustration de l'idée que l'homme a besoin de la confrontation avec le monde extérieur. L'isolement n'est profitable que dans la mesure où il aide à trouver les voies de l'extériorisation. »

 

 Les lecteurs de Doina Ruști envoient des messages privés pour lui faire part de leurs commentaires ou suggestions:

 

« Les gens préfèrent communiquer directement. Moi aussi j'ai trouvé stimulant d'échanger des impressions avec mes lecteurs qui sont d'ailleurs très attentifs. Il y en a qui connaissent à fond mes écrits et qui savent par cœur le nom de tous mes personnages. Bref, ce type de communication m'a fait du bien. Il m'a arrachée à la tristesse du confinement, à l'incertitude à l'égard de l'avenir. »

 

Préparer la lecture, cette rencontre indirecte avec les lecteurs, et faire le montage vidéo, cela représente déjà un rituel qui aide l'écrivaine à dépasser les moments de déprime. Doina Ruști affirme que la lecture en ligne lui procure une sorte d’euphorie :

 

« Il y a toute une histoire derrière chaque lecture. La lecture n'est pas que le simple fait de lire. Elle suppose aussi l'enregistrement, le montage vidéo et sa mise en ligne. J'aime surtout jouer avec les images et les illustrations musicales. Ces renvois au visuel contribuent à rehausser le texte lu. En plus, toute cette activité comble mon besoin de communiquer, d'être solidaire avec mes semblables, car nous vivons tous maintenant comme des prisonniers. J'ai choisi de lire de petites histoires optimistes, qui remontent le moral ou des histoires d'amour. J'ai donc laissé de côté les fragments tragiques où il est question de personnages qui vivent des moments difficiles. »

 

De l'avis de l'écrivaine Doina Rusti, de telles lectures conviennent à merveille pour rendre cette période de distanciation sociale plus supportable et nous préparer pour le déconfinement. (Trad. Mariana Tudose)


www.rri.ro
Publicat: 2020-05-09 19:09:00
Vizualizari: 426
TiparesteTipareste