RRI Live!

Écoutez Radio Roumanie Internationale en direct

Les relations diplomatiques entre la Roumanie et le Vatican

Ce n’est qu’à la fin de la Première Guerre mondiale, en 1920, que le royaume de Roumanie et le Vatican jettent les bases de leurs relations bilatérales. Dès 1927, année de la signature du concordat entre le Vatican et le royaume de Roumanie, la pratique du culte catholique sera garantie.

Les relations diplomatiques entre la Roumanie et le Vatican
Les relations diplomatiques entre la Roumanie et le Vatican

, 10.06.2024, 12:48

L’espace roumain, majoritairement chrétien-orthodoxe de nos jours, a longtemps été un espace d’interférence spirituelle et religieuse. La coexistence multiconfessionnelle des chrétiens est attestée depuis le Moyen Âge, les sources rapportant des informations sur la présence de minorités aux côtés des majorités : catholiques aux côtés des orthodoxes, réformés et évangéliques aux côtés des catholiques et des orthodoxes, gréco-catholiques et catholiques romains aux côtés des réformés et des orthodoxes. La présence catholique la plus ancienne, l’archidiocèse d’Alba Iulia, remonte au XIe siècle. C’est dans la cathédrale catholique romaine de la ville d’Alba Iulia que le gouverneur de Transylvanie et régent de Hongrie Iancu de Hunedoara, le père du roi de Hongrie Matei Corvin, de religion catholique et d’origine roumaine, décédé de la peste en 1456, est enterré. La première présence catholique dans l’espace extra-carpatique roumain est l’œuvre des royaumes de Hongrie et de Pologne. Des évêchés catholiques ont été fondés en Moldavie et en Valachie au 13e siècle, à Siret, dans le nord, puis à Milcov, au détour des Carpates, enfin celui de Severin, à la rencontre des Carpates avec le Danube, au 14e siècle. Jusqu’à la montée de l’Empire ottoman dans le sud-est de l’Europe à la fin du 14e siècle, catholiques et orthodoxes, bien que souvent divisés, ne cessaient de se revendiquer comme faisant partie du même monde chrétien. A l’instar des dernières croisades, où l’on put voir se nouer des alliances entre des rois et des princes catholiques et orthodoxes, les coalitions anti-ottomanes des 17e et 18e siècles ont coopté des armées de toutes les confessions chrétiennes.

 

Les conséquences du déclin de l’Empire Ottoman

À mesure que l’influence ottomane au nord du Danube décline à partir du 18e siècle et que les idées occidentales progressistes pénètrent dans les principautés de Moldavie et de Munténie, la présence catholique devient plus marquée. Les deux premiers rois de Roumanie, issus de la dynastie Hohenzollern-Sigmaringen, Carol Ier et Ferdinand Ier, sous lesquels l’État roumain moderne fut constitué, puis élargi à la fin de la Grande Guerre, étaient de confession catholique. En 1883, pendant le pontificat du pape Léon XIII, l’archidiocèse catholique romaine de Bucarest est créé. Par la lettre apostolique « Praecipuum munus » du 27 avril 1883 qui élève le vicariat apostolique de Munténie au rang d’archevêché, le pape signifiait l’importance accordé au nouvel État roumain, devenu royaume en 1881.

Mais ce n’est qu’à la fin de la Première Guerre mondiale, en 1920, que le royaume de Roumanie et le Vatican jettent les bases de leurs relations bilatérales. Dès 1927, année de la signature du concordat entre le Vatican et le royaume de Roumanie, la pratique du culte catholique sera garantie. L’accord stipulait, entre autres, la reconnaissance juridique de l’Église catholique en Roumanie, le préalable pour la nomination des chefs du culte catholique de Roumanie à ce qu’ils aient la citoyenneté roumaine, le droit de l’Église d’ouvrir des écoles, des hôpitaux, des orphelinats et d’autres institutions sociales et éducatives.

 

L’instauration du régime communiste après le Seconde Guerre mondiale

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, vaincue et occupée par l’armée soviétique, la Roumanie est complètement asservie par le nouveau régime communiste. La politique anti-occidentale du régime de Bucarest mène à la dénonciation du concordat de 1927, le 17 juillet 1948. La rupture unilatérale des relations diplomatiques avec le Vatican attirait la suppression des églises catholiques en Roumanie et la persécution des fidèles. Alors que les religieux catholiques étrangers ont été expulsés, les religieux roumains sont venus grossir les rangs des prisonniers politiques. Mère Clara, de son nom laïc Ecaterina Laszlo, entrée au couvent à l’âge de 13 ans, a été condamnée à 15 années de prison, dont elle en a purgé 14. En 2003, elle a raconté au Centre d’histoire orale de la Radiodiffusion roumaine, comment, alors qu’elle était administratrice du bâtiment de la Nonciature Apostolique de Bucarest, a été évacué à la hâte la nonciature à la suite de la décision des autorités roumaines de rompre les liens diplomatiques avec le Saint-Siège. Ecoutons-la :

« Son Excellence O’Hara, le régent du nonce apostolique, a été convoqué au ministère des Affaires étrangères et informé que lui et ses collaborateurs doivent quitter le pays dans les 48 heures, mais qu’il avait le droit de confier la garde du bâtiment de l’ambassade à l’ambassade de don choix. Parce que la Suisse était neutre, il a choisi ce pays. O’Hara a été accusé d’espionnage pour le compte du pape. Et au bout de 48 heures, il a dû quitter le pays. La coutume voulait que l’on organise une réception d’adieu lors du départ d’un ambassadeur. Et à minuit, à la fin de la réception, tout le bâtiment a été scellé, il ne restait qu’une porte d’accès au sous-sol pour les sœurs, pour nous qui vivions encore là, puis une petite maison dans la cour, où habitaient trois moines. Nous sommes sortis avec des bougies allumées à la porte principale, c’est par là que tous les diplomates sont sortis et c’est alors que la clé de la nonciature a été remise aux Suisses. »

Inexistantes entre 1948 et 1989, les relations entre la Roumanie et le Vatican ont été rétablies le dernier jour de l’an 1989, le 31 décembre, neuf jours après la chute de la dictature communiste. Depuis lors les liens entre le Saint-Siège et l’Etat roumain n’ont cessé de se développer avec comme point d’orgue la première visite d’un pape dans un pays orthodoxe. Cela s’est passé en 1999, lorsque le pape Jean-Paul II embrassait à son arrivé le sol roumain.

(Trad. Ionut Jugureanu)

Radio NOREA
Pro Memoria lundi, 22 juillet 2024

Radio NOREA

Entre 1945 et 1990, la langue roumaine était diffusée à la radio non seulement depuis Bucarest, mais aussi depuis l’étranger. Les radios...

Radio NOREA
L’Institut de documentation technique de Roumanie
Pro Memoria lundi, 15 juillet 2024

L’Institut de documentation technique de Roumanie

Les institutions, généralement mal perçues mais importantes pour comprendre le passé    L’histoire des institutions n’est pas toujours...

L’Institut de documentation technique de Roumanie
ziare presa foto pixabay
Pro Memoria lundi, 08 juillet 2024

De l’histoire de la presse féminine roumaine

Les droits de l’homme, énoncés depuis le XVIIIe siècle, font la promotion de l’égalité, au-delà de tout critère de religion, de...

De l’histoire de la presse féminine roumaine
L’humour au temps du communisme
Pro Memoria lundi, 01 juillet 2024

L’humour au temps du communisme

La diversité de l’humour populaire à l’époque communiste   Les régimes politiques dictatoriaux, autoritaires et antilibéraux...

L’humour au temps du communisme
Pro Memoria lundi, 24 juin 2024

Les relations nouées entre la Roumanie et l’Egypte avant 1990

A la fin des années 1950 et au début des années 1960 la décolonisation et la modernisation des pays du tiers monde avaient le vent en poupe. Les...

Les relations nouées entre la Roumanie et l’Egypte avant 1990
Pro Memoria lundi, 17 juin 2024

Les monuments roumains restaurés de Bessarabie

Le 27 mars 1918, la Bessarabie, cette partie orientale de la Moldavie, réintègre la Roumanie, après avoir été annexée par la Russie en 1812 à...

Les monuments roumains restaurés de Bessarabie
Pro Memoria lundi, 03 juin 2024

Le Plan Z

Un contexte mitigé   Occupés après 1945 et soumis à des régimes communistes inféodés à Moscou, les pays d’Europe centrale et...

Le Plan Z
Pro Memoria lundi, 27 mai 2024

Les désertions dans l’armée roumaine pendant la Première Guerre Mondiale

La désertion, pas une lâcheté, mais un effet du stree post-traumatique   L’historienne Gabriela Dristaru de l’Institut...

Les désertions dans l’armée roumaine pendant la Première Guerre Mondiale

Partenaire

Muzeul Național al Țăranului Român Muzeul Național al Țăranului Român
Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS Liga Studentilor Romani din Strainatate - LSRS
Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online Modernism | The Leading Romanian Art Magazine Online
Institului European din România Institului European din România
Institutul Francez din România – Bucureşti Institutul Francez din România – Bucureşti
Muzeul Național de Artă al României Muzeul Național de Artă al României
Le petit Journal Le petit Journal
Radio Prague International Radio Prague International
Muzeul Național de Istorie a României Muzeul Național de Istorie a României
ARCUB ARCUB
Radio Canada International Radio Canada International
Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti” Muzeul Național al Satului „Dimitrie Gusti”
SWI swissinfo.ch SWI swissinfo.ch
UBB Radio ONLINE UBB Radio ONLINE
Strona główna - English Section - polskieradio.pl Strona główna - English Section - polskieradio.pl
creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti creart - Centrul de Creație Artă și Tradiție al Municipiului Bucuresti
italradio italradio
Institutul Confucius Institutul Confucius
BUCPRESS - știri din Cernăuți BUCPRESS - știri din Cernăuți

Affiliations

Euranet Plus Euranet Plus
AIB | the trade association for international broadcasters AIB | the trade association for international broadcasters
Digital Radio Mondiale Digital Radio Mondiale
News and current affairs from Germany and around the world News and current affairs from Germany and around the world
Comunità radiotelevisiva italofona Comunità radiotelevisiva italofona

Diffuseurs

RADIOCOM RADIOCOM
Zeno Media - The Everything Audio Company Zeno Media - The Everything Audio Company